Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

 

Un site à sensation croit donner un scoop en annonçant ce matin :  "Effarant ! Depuis 3 ans, le scanner du centre Pierre et Marie Curie (CPMC) d’Alger est en panne." L'affaire n'est pas nouvelle. En octobre 2017 on pouvait déjà lire sur un autre site "Le scanner du Centre Pierre et Marie curie (CPMC) est à l’arrêt depuis deux ans dans l’attente de l’acquisition d’un nouveau, dont le budget n’a pas encore été dégagé ; l’IRM dudit centre est également en panne depuis la fin septembre dernier." Remontons le temps. Le 12 août 2013, le site Algérie 360 écrivait qu'au CPMC "Aucun scanner ne peut être effectué en raison de pannes depuis décembre 2012". Ce site ne faisait que reprendre des articles parus dans deux jours plus tôt dans des quotidiens, après la sonnette d'alarme tirée par le personnel du CPMC  Voici deux articles consacrés il y a cinq ans à cette situation de panne devenue, depuis, permanente.

 

Les appareils de radiothérapie du Centre Pierre et Marie Curie d'Alger en panne

Par Idir Tazerout- 10 août 2013. L'Expression,

La situation dans laquelle se trouve le Centre Pierre et Marie Curie d'Alger (Cpmc) est des plus dramatiques. Depuis plusieurs jours, une bonne partie des appareils de radiothérapie et de radiologie du Cpmc sont en panne, apprend-on de sources hospitalières. Même les simulateurs utilisés pour repérer les endroits à traiter chez les cancéreux, ne sont plus fonctionnels.

Depuis plusieurs jours, les cancéreux sont carrément refoulés.

Les nouveaux malades qui affluent au Cpmc sont renvoyés ou orientés vers le centre anticancer du CHU de Blida.

Les responsables de cette structure, au lieu d'anticiper sur ce type de carence, se découvrent d'une nouvelle vocation. Celle qui consiste à rassurer. «Les équipes de maintenance sont sur place pour régler le problème», rétorquent les responsables du service de radiothérapie du Cpmc. Entre-temps, pour les malades qui se présentent pour des séances de radiothérapie, le Cpmc délivre des rendez-vous pour début 2014. Comme quoi, au lieu de prendre en charge véritablement les cancéreux, qui doivent prendre leur mal en patience, l'on excelle dans la gestion des rendez-vous sur les calendriers!

Actuellement, le Cpmc est pris d'assaut. De nombreux malades réclament leur traitement. Même les cancéreux nécessitant des séances de chimiothérapie sont abandonnés à leur sort puisque les pannes fréquentes affectent le matériel médical du Cpmc.Bien sûr, la formule est bien préparée! Les malades sont orientés vers le privé pour effectuer une imagerie à résonance magnétique (IRM). C'est à se demander pourquoi le matériel médical n'est affecté de panne que dans les structures publiques. Le ministère de la Santé est plus que jamais sommé de réagir, d'autant plus qu'il s'agit là d'un vrai scandale. Il est légitime, dès lors de se demander à quoi servent les cagnottes que le ministère injecte chaque fois pour améliorer la prise en charge de ces malades.Le drame ne s'arrête pas là.

Même le service de radiologie du Cpmc est également à l'arrêt depuis une année. Il ne dispose que de 70 lits alors qu'il reçoit quotidiennement environ 120 malades.

N'a-t-on pas les moyens de soigner nos cancéreux? N'a-t-on pas le courage de veiller à la bonne gestion de ce ce
centre? N'a-t-on pas l'audace d'améliorer les conditions d'hygiène? N'a-t-on pas les moyens d'enquêter et d'arrêter ces privés qui dilapident l'argent des personnes à la fois gravement malades et souvent démunis? Sous d'autres cieux, les responsables qui gèrent ce type de structures, se seraient retrouvés en prison pour la moindre panne. Que le ministre de la Santé réagisse dans l'urgence car il s'agit là d'une non-assistance à patients agonisants!


Prise en charge des cancéreux : La sonnette d'alarme est tirée

 

Par M. Aziza, 11, août 2013. Le Quotidien d'Oran  

Le scanner du Centre Pierre et Marie Curie (CPMC) de l'hôpital Mustapha Bacha d'Alger, en panne depuis le 22 décembre 2012, les films pour la mammographie indisponibles depuis déjà deux mois et des simulateurs de radiothérapie en panne depuis 18 jours. Une situation qui se répercute directement sur la prise en charge des malades cancéreux.

Le personnel du CPMC tire la sonnette d'alarme sur la situation en tant qu'utilisateurs de ces équipements et exigent un service de maintenance sur place comme c'était le cas par le passé. «On ne sait pas ce qui passe exactement, dans notre service, mais une chose est sûre, aucune maintenance n'est assurée rapidement», nous dira un travailleur du service d'imagerie au CPMC. Il poursuit :

«Tous ces problèmes se répercutent directement sur le malade. Désespéré, ce dernier se dirige vers le privé pour faire son scanner ou une mammographie. Mais parfois, ces scanners et ces mammographies sont rejetés par le CPMC qui préfère effectuer sa propre imagerie puisque le malade est sous sa responsabilité notamment en matière de traitement».

Un autre travailleur du service de radiothérapie nous confirme que les simulateurs sont en panne et que la maintenance «n'est pas assurée et si elle l'est, elle se fait très tardivement». Il a également expliqué que les pannes fréquentes sont dues à l'exploitation excessive de ces appareils vu le nombre important et sans cesse croissant des malades. Et d'ajouter que l'Algérie a un véritable déficit en matière de maintenance.

«Nous comptons deux maintenanciers qui sont sollicités par les différents services de cancérologie, ils sont parfois à Oran, à Constantine ou ailleurs. Il faut parfois attendre pour qu'ils se libèrent afin qu'ils puissent se rendre au CPMC pour réparer les pannes».

Le personnel craint le pire avec l'acquisition prochaine de nouveaux matériels. En effet, il est prévu l'acquisition de 60 accélérateurs et la réalisation de 15 centres spécialisés dans la lutte contre le cancer. Ils exigent une maintenance sur place pour veiller à la fonctionnalité permanente de ces équipements.

Pour rappel, le ministre de la Santé et de la Réforme hospitalière avait déjà entamé des discussions avec la délégation américaine de Variane Médical System pour un partenariat dans le domaine de la maintenance des équipements hospitaliers. A son tour, l'entreprise américaine avait affiché sa «disponibilité à réunir toutes les conditions nécessaires à un fonctionnement régulier et permanent des équipements de radiothérapie fournis à l'Algérie». Et afin d'assurer une présence effective en Algérie, la compagnie américaine s'est engagée à assurer la formation du personnel utilisateur, ainsi qu'une présence d'équipes de maintenance et d'une base logistique disposant de toutes les pièces de rechange. En attendant que ce partenariat soit concrétisé, les malades, eux, continuent d'investir les lits des hôpitaux sans pouvoir avancer dans leur traitement, certains ont obtenu des rendez-vous pour 2014.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article