Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Aïssa Manseur, expert consultant en agriculture. Photo DR

Aïssa Manseur, expert consultant en agriculture. Photo DR

Des assises sur l’agriculture seront organisées le 23 du mois courant sous le thème ’’ l'agriculture au service de la souveraineté nationale ’’. Dans une contribution publiée hier par Maghreb Emergent, Aissa Manseur écrit sous le titre Les assises nationales sur l’agriculture : un colosse aux pieds d’argile ! : "Il est vrai que des enveloppes financières colossales sont réservées annuellement à ce secteur stratégique mais les résultats escomptés n’ont pas été atteint". Il plaide pour une approche volontariste globale et cohérente, faisant converger un ensemble de mesures. 

 

 

"L’agriculture qui a été  longtemps délaissé et ne peut être ressuscité par un événement pareil, notre agriculture a besoin d’une volonté réelle pour mettre le train dans les rails  à partir d’orientations et d’axes de développement à mettre en œuvre pour l’amélioration de la production et l’augmentation des rendements agricoles. Pour se faire il est nécessaire de s’atteler à développer des outils indispensables au développement de l’agriculture, entre autres

Le règlement définitif du foncier agricole qui suppose une volonté politique et une rigueur législative

A ce titre, il ressort la nécessité de définir une typologie des sols en procédant au classement de l’ensemble des terres agricoles du pays en fonction de cette typologie et d’accélérer le règlement de la situation juridique des terres du domaine privé de l’Etat, définir les règles et les lois appliquées à certaines terres (terres communales et  terres « arch »)

Il est également important de promouvoir un marché foncier transparent et sécurisant pour le droit  d’exploitation concernant la concession et /ou la location des terres agricoles pour une agriculture moderne et intensive et créer ainsi les conditions de transparence dans la circulation de la terre agricole en tant que bien économique et d’éradiquer les transactions occultes

Mise en œuvre d’un système performant de financement

Le financement est la pierre angulaire du développement de l’agriculture, L'encadrement financier du secteur agricole demeure une incitation incontournable qui mène directement vers la réalisation des investissements

 La création d’un organisme spécialisé pour le financement de l’agriculture est une besoin immédiat, un organisme qui facilite l’accès au financement et accompagne les agriculteurs et autres investisseurs dans le secteur agricole. L’agriculture est un secteur qui ne peut jamais être traité sur le même pied d’égalité, dans l’accès aux crédits, comme d’autres secteurs, c’est un domaine sensible qui doit avoir une intention particulière et un traitement spécifique

Développement de  l’assurance agricole

Il est impératif que les pouvoir publics intervienne pour promouvoir l’assurance agricole et ce, en premier lieu, par l’actualisation de la législation y afférente  et par la suite mener des campagnes de sensibilisation concernant  ce produit, et de mettre en place un mécanisme incitatif qui contribue à favoriser  le développement de l’assurance agricole . L’assurance ne doit en aucun cas être considéré comme un acte administratif qu’on accompli pour avoir accès aux soutiens et autres aides publiques, elle doit être  perçue comme un moyen d’accompagnement indispensable au développement du secteur agricole

Relance de la formation, la recherche et  la vulgarisation

Les instituts techniques tels que (INRA, ITGC, ITMC, ITAFV, ITELV, INVA) sont devenu des organismes administratifs par excellence, techniquement stériles, n’ont pu jouer le rôle qui leurs est assigné, il est nécessaire de créer une synergie entre ces organisme pour aboutir au but ultime de développer l’agriculture, il est indispensable,  au paravent de redynamiser ces institutions, les renforcer en composante humaine spécialisé et en équipement et matériel nécessaire. Il est également nécessaire de lancer un vaste  programme  de  formation  et  de mise à niveau aux techniques modernes de gestion des exploitations agricoles et L’initiation d’une politique de formation professionnelle aux métiers agricoles

Valorisation du métier d’agriculteur

Le métier de l’agriculteur ne peut jamais être considéré comme le métier des pauvres et des plus défavorisés. La revalorisation du métier d’agriculteur mérite d’être ancré dans les mentalités, c’est un métier passionnant qui suppose des connaissances en plusieurs disciplines et par conséquent fait appel à de multiples compétences intellectuelles (ingénieurs, techniciens) et pratique (agriculteurs)

Création  d’un mécanisme de protection du revenu de l’agriculteur

L’agriculteur opère dans des conditions spécifiques ou se conjuguent une multitude d’aléas entre autres climatiques, économiques, phytosanitaires, qui peuvent affecter sérieusement sa production, donc son revenu, un remède possible à la situation peut se faire  par La mise en place d’un dispositif permettant aux exploitants agricoles de se couvrir à la fois contre les chutes de prix et les baisses de rendement tel que l’assurance revenu et des comptes d'épargne professionnels (à l’instar de l’Amérique du nord),  peuvent être envisagés

Développement de la mécanisation par  la Création de chaines logistiques

Le matériel agricole n’est pas accessible a une très grande frange d’agriculteur , il est impératif d’encourager la création de sociétés de prestation de service pour location de matériels agricoles (travaux du sol, traitement phytosanitaire, récolte …) en plus de coopératives de prestation de service concernant : approvisionnement, transport, stockage, transformation en plus de prestataires, Ces prestations de services doivent être confiées aux spécialistes du secteur (ingénieurs, techniciens) afin que toutes les opérations soient réalisées de façon scientifique correcte

Renforcement  du  système  d’information  et des statistiques  agricoles

Cela permet  à l’ensemble des acteurs (pouvoirs publics, chercheurs, opérateurs) de disposer d’informations fiables, actualisée et exhaustive élaborées sans aucun pensée politique  pour servir comme outils de développement. Le perfectionnement de ce système passe inévitablement par  la modernisation du système et son renforcement par un personnel qualifié et des moyens matériels adéquats  

Création d’un organisme de labellisation et de certification des produits agricoles   

L’appui à la normalisation et la labellisation des produits de la filière agricole permet  L’amélioration de la qualité de nos produits, L’amélioration de la compétitivité des produits de terroir et l’accession de nos produits aux marchés extérieurs

Et pourquoi pas la Création d’un Conseil National de l’Agriculture ?

La création de ce conseil aboutira à plus   de   synergies et une meilleure coordination entre les différents acteurs: producteurs, transformateurs, distributeurs, financiers, instituts de formation, instituts de recherche, pouvoirs publics, ce conseil pourra être un laboratoire d’idées et une veille technologique agricole

Le développement de l'agriculture est aujourd'hui plus qu'une nécessité, une priorité car il y va de l'avenir de l'Algérie et des générations futures. Il est vrai que des enveloppes financières colossales sont réservées annuellement à ce secteur stratégique mais les résultats escomptés n’ont pas été atteint. Un programme de développement de l’agriculture doit conduire inéluctablement à l’autosuffisance alimentaire sans l’associer à la sécurité alimentaire qui n’est pas du seul ressort du secteur de l’agriculture

 Source : Maghreb Emergent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article