Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR

DR

"Pourquoi Bouteflika prône-t-il la "course au pouvoir"? titre l'éditorial de Zouhir Mebarki dans le  quotidien indépendant le plus proche du premier cercle du pouvoir. L'Expression conclut après quelques phrases de digression : "Mais tout porte à croire que «la course au pouvoir» recommandée par le président Bouteflika soit le signal d'une élection présidentielle de 2019 sans la candidature du président sortant".

Dubitatif comme à son habitude Chawki Amari le chroniqueur d'El Watan commente aussi cette partie du message présidentiel  : " Pourquoi alors cette phrase qui tombe comme un kilo de sel dans la chorba ? Certains analystes ont cru y voir une réponse à Ould Abbès, l’ex-avant-centre du FC Leipzig, qui a prédit une victoire de Bouteflika s’il se présente, et une victoire de Bouteflika s’il ne se présente pas. (...) En mettant de côté l’hypothèse qu’il se répond en réalité à lui-même en (son) nom, puisqu’il s’agit d’une course ouverte qui vient d’être lancée, on peut revenir à cette définition du football : «Un jeu qui se joue avec un ballon à 11 contre 11 et où à la fin c’est l’Allemagne qui gagne." 

Pour la politique, on n’est pas loin, c’est un sport qui se joue entre 40 millions de personnes et où à la fin c’est le FLN qui gagne. La diversité est finalement dans les gradins, pas dans la compétition".

 Attention aux fakes news étatiques 

C'est l'avertissement lancé par le chercheur français Emmanuel Todd . "La guerre d’Irak a pourtant commencé par des Fake news qui venaient de l’État américain sur les armes de destruction massive en Irak, avec Colin Powell qui agitait son petit flacon devant le conseil de sécurité de l’ONU … C’est l’État qui a la puissance financière, l’avantage de la continuité, le monopole de la violence légitime : s’il y a bien un producteur de Fake news à contrôler c’est l’État. Et l’État de son propre pays, pas les États extérieurs. Le principe fondateur de la démocratie libérale, c’est, en effet, que si la collectivité doit assurer la sécurité du citoyen, le citoyen doit être protégé contre son propre État."

POST SCRIPTUM

SOS Santé publique

"Ce qui se passe dans ce bras de fer, qui menace les fondements mêmes de la santé publique, est tout simplement une dramatique fuite en avant, sinon une cécité effrayante de l'exécutif devant les terribles attentes citoyennes, écrit l'éditorialiste dans Le Quotidien d'Oran sous le titre "Inutile épreuve de force".  "Etait-il judicieux d'employer la force publique contre des résidents au lieu d'aller à leur rencontre, non pas pour les enfermer, même brièvement, dans des commissariats, mais pour renouer un dialogue difficile sur l'avenir de la Santé en Algérie ? Là, il ne s'agit plus d'une protesta « basique », mais d'un appel d'air de toute une corporation, un dramatique « SOS » que le gouvernement ne semble pas avoir compris depuis le début."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article