Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Face à l'énorme besoin d'emplois exprimé par les jeunes Algériens, ou face aux les luttes revendicatives légitimes déclenchées ça et là, le pouvoir algérien a lâché la bête bureaucratique au front de taureau qui continue de creuser les impasses, d'opposer l'épouvantail réglementaire ou de brandir les "projets".

La grève des médecins spécialistes n'a pas eu lieu... sur le papier.

Le conseiller à la communication du ministère de la santé est catégorique: « tout appel à la grève émanant d’une entité n’ayant pas d’existence légale est considérée comme une absence injustifiée ». Qu'importe si les obstervateurs ont noté « un taux de suivi national dépassant les 90% ». Qu'importe aussi si depuis le dépôt du préavis de grève, le 19 mars dernier  aucune réaction n’est parvenue du ministère de tutelle au syndicat des médecins spécialistes, le Camsa. Qu'importe enfin si l'administration de M. Zemali a opposé le refus de la demande pour tenir une assemblée générale constitutive. Pas de récepissé administratif, pas de grève, même s'il ya le feu!

Pour couronner le dispositif du père Ubu bureaucratique, le ministre du travail a décidé que tout syndicat qui ne repond pas aux nouvelles procédures avant le 31 mars sera déclaré non représentatif. « Ces syndicats non représentatifs peuvent à la limite participer à des débats, s'organiser, former ou regrouper des adhérents, mais ils n'auront pas le droit d'émettre des préavis de grève ou de s'engager dans des grèves».

Des syndicats de papier, mais pourquoi pas des emplois de papier.  

"Un demi-million de demandeurs d’emploi seront placés cette année annonce du ministre Zemali. Ils se répartissent sur 400 000 placements classiques et 100 000 dans le cadre du Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (Daip). C'est le quotidien Liberté qui résume. Un autre quotidien (Les Débats) présente d'une manière plus mirifique les propos du ministre :  " il a fait état, hier à Alger, de la création de près de 23 000 micro-entreprises et de 400 000 postes d'emploi depuis le début 2018". Excès de zèle sans doute.

La culture du machrou3 est si pesante que même les journaux "indépendants" continuent de rendre compte machinalement des projets officiels transmis par l'agence APS, par obligation, sans commentaires ni vérifications. Comme d'il s'agissait de communiqués de guerre dont le cachet officiel ou l'enregistrement du responsable attestent la véracité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article