Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La ministre de l’éducation nationale, Mme Nouria Benghabrit, est intervenu hier soir à la télévision pour rassurer ceux des élèves "qui n'ont les moyens de suivre des cours particuliers". Cette intervention médiatique qui semble vouloir diviser les lycéens, est-elle en rapport avec les manifestations de ras-le-bol et aussi de soutien aux professeurs licenciés, enregistrées ces derniers jours. Les élèves ne veulent pas de "vacataires" et exigent que les pouvoirs publics négocient sérieusement pour le retours de leurs profs. Les réseaux sociaux rendent compte de ces initiatives.

On peut aussi lire dans Reporters sous le titre "Des élèves inquiets descendent dans la rue à Boumerdès".

(...) De nombreux collégiens et lycéens sont sortis dans la rue pour apporter leur soutien à leurs enseignants menacés de radiation par la tutelle. Ils dénoncent la mauvaise gestion du dossier des grèves par la tutelle, ce qui n’a pas permis la reprise concrète des cours, ce qui provoque leur inquiétude.

«Nous sommes les seules victimes de ces grèves qui continuent de perturber notre cursus scolaire», dénoncent les élèves de Boudouaou, qui ont organisé avant-hier un rassemblement devant le siège de la direction de l’éducation de la wilaya. En dépit des déclarations de la ministre de l’Education quant à l’assurance que les cours non dispensés seront rattrapés, les élèves sont inquiets. L’interruption des cours à cause de ces grèves a eu un impact négatif sur le programme scolaire, notamment pour les lycéens candidats à l’examen du bac.

«Cette situation dure depuis plus de deux mois et aucune solution n’est trouvée», déplorent les manifestants, qui ont exprimé leur soutien aux enseignants. D’autres actions similaires ont été organisées hier dans d’autres localités, à l’exemple de Zemmouri où des lycéens et collégiens sont sortis dans la rue en signe de soutien à leurs enseignants ayant reçu des mises en demeure. A Khemis El-Khechna, Hammadi, Thénia, les élèves ont déserté leurs établissements pour organiser des actions de protestation et exiger le retour de leurs enseignants. «Ils veulent nous ramener des personnes qui n’ont jamais enseigné. Nous n’allons jamais accepter cela», se sont écriés les protestataires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article