Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

 Maurice Audin » à Alger d’Ernest Pignon Ernest.

Maurice Audin » à Alger d’Ernest Pignon Ernest.

Jacques Jubier a gardé le silence durant 60 ans, puis il parle … L'Humanité a publié hier le témoignage de cet homme âgé de 82 ans. Le soldat Jacques Jubier avait enterré le corps supplicié de Maurice Audin, un jour d’août 1957, dans un trou de quatre mètres de profondeur creusé par des civils algériens auxquels on avait bandé les yeux…

"Une  saloperie de communiste"

Il a enterré deux corps noircis en fait : "On les passé à la lampe à souder, on a insisté sur les mains et les pieds pour éviter qu’on puisse les identifier"

Jubier se souvient des mots de ce lieutenant de parachutistes qui l’avait réquisitionner: "C’est un frère de ben bella et une  saloperie de communiste, il faut les faire disparaître…"

La journaliste Maud Vergnol, a présenté ainsi ce témoignage :

"Jacques Jubier a la voix un peu tremblante. Il hésite, regarde autour de lui. Mais il veut témoigner. Comme près de deux millions d’appelés, il avait préféré oublier, se taire « pour protéger (sa) famille ». Et puis, le temps a fait son œuvre. Et la peur de « représailles » de la Grande Muette s’est dissipée.

C’est l’entretien publié dans nos colonnes, le 28 janvier, avec le mathématicien Cédric Villani qui l’a convaincu. Si un député de la majorité est déterminé à faire reconnaître la responsabilité de l’État français dans l’assassinat, en juin 1957, du jeune mathématicien communiste Maurice Audin, c’est que les langues peuvent commencer à se délier… Et l’exigence d’une reconnaissance de ce crime d’État, bientôt aboutir. Avec « l’affaire » Maurice Audin, c’est la pratique généralisée de la torture pendant la guerre d’Algérie qui refait surface. Une sauvagerie institutionnalisée, dont le refoulement a rongé comme une gangrène la société française. Mais les mécanismes de fabrication de l’oubli finissent toujours par céder. Ce nouveau témoignage en est la preuve".

Bientôt une commission d’enquête sur l’« affaire Audin » ?

 

Photo DR

Alors qu’Emmanuel Macron a jugé mardi qu’il n’était « pas raisonnable de reconnaître un crime d’État sans avoir les preuves », les députés PCF et Cédric Villani envisagent la création d’une commission d’enquête, « si elle peut être utile dans la recherche de la vérité ». Sur la photo, Josette Audin entourée des députés Sébastien Jumel (à gauche) et Cédric Villani, lors de la conférence de presse qui s’est tenue, hier, à l’Assemblée nationale.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ZOHRA MAHI 23/02/2018 17:51

Gloire à notre martyr. C'est pour notre liberté qu'il a été assassiné . Si la France veut se laver de ses crimes c'est son affaire. Si l'on retrouve son corps ils doit être ré-inhumé avec ses frères de combat. Reconnaissance et regrets éternels!