Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Mohcine Belabbas a été réélu hier président du parti. Photo DR

Mohcine Belabbas a été réélu hier président du parti. Photo DR

C'est la question que pose Hacen Ouali qui rapporte dans El Watan, que "la proposition de changer le nom du parti pour devenir Les Progressistes divise les délégués".

Difficile pour les militants de tourner la page RCD et se séparer d’un sigle qui les a marqués. Jusqu’à hier en début de soirée, la question n’avait toujours pas été tranchée. Le bureau du congrès a dû reporter la décision à ce matin pour se donner le temps de convaincre les congressistes de la nécessité de passer à une autre «époque». Et surtout pour se donner la possibilité de l’élection du président du parti qui est intervenue en soirée, hier.

Quatre candidats s’affrontaient : Mohcine Belabbas, Fadila Messouci, Ilyas Lahouazi et Salah Belmekki. Une compétition qui donne le président sortant favori. La tendance lourde se dégage en sa faveur. Lui qui a su défendre son bilan devant les délégués à l’ouverture du congrès. Le député d’Alger, longtemps «parrainé» par Saïd Sadi, a pu s’imposer comme leader naturel de sa génération au sein du parti.

Il est donc fort à parier – à moins d’un revirement de dernière minute – qu’à partir d’aujourd’hui, c’est sous la l’emblème Les Progressistes que les militant(e)s de ce courant vont mener les prochaines batailles politiques dans un environnement national hostile. Dans un contexte où l’exercice politique militant est soumis à rude épreuve tant le parasitage et la perversion les disputent outrageusement à l’éthique politique, aux clarifications idéologiques et programmatiques.

Des batailles pour «offrir à notre peuple une alternative autour d’un projet de société progressiste et démocratique. Nous n’avons pas dévié de ce cap quelles que soient les difficultés. Et elles furent nombreuses et elles furent fréquentes et ardues (…)», a rappelé Mohcine Belabbas plus tôt, lors de l’ouverture du congrès.

Déroulant une à une les thématiques emblématiques de son parti, M. Belabbas a réaffirmé l’attachement de son organisation à l’égalité des sexes et la nécessité d’abroger le code de la famille, à la place de la jeunesse, au caractère républicain de l’Etat, à la revendication identitaire culturelle, à la liberté de culte, à l’école citoyenne, aux droits de l’homme et, enfin, à la nécessité d’une intégration nord-africaine. Il a mis en évidence la lutte «sans relâche contre un ordre politique rétrograde qui a confisqué au peuple algérien sa victoire contre la France coloniale, contre un ordre politique inopérant, injuste et porteur de dangers pour la nation».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article