Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

En Algérie, l'aspiration à l'Etat de droit est bien secouée ce matin. On lit dans les journaux que c'est le ministère du travail qui décrète que les grèves sont illégales.

On apprend aussi qu'un membre de la direction d'un parti d'opposition démissionne pour imposer "légalement" la tenue d'un congrès extraordinaire de son parti.

Comme on sait désormais, le nouveau consensus national pour refonder la citoyenneté  passe par un large débat se nourrissant du mouvement populaire. Malheureusement, suggèrent les adeptes de la "transition musclée", vous voyez, même le FFS qui préconise cette démarche serait en train de couler.  

Voici dans Le Matin la conclusion d'un appel lancé très opportunément par une officine se revendiquant de la laïcité.

"Les partis politiques tous bords confondus, sont totalement discrédités et déchus. Ils ont définitivement perdu la confiance du peuple. Cette classe politique ne pourra pas transformer ce formidable mouvement de grogne en dynamique organisée et concertée. Elle sera incapable d’accompagner cette mobilisation en symbiose avec le peuple, de l’éclairer et d’imprimer la bonne direction politique au combat. C’est pourquoi, il est salutaire de s’appuyer sur l’unique force républicaine organisée du pays, l’ANP pour jeter les bases d’une transition nationale, et pacifique, unique voie menant à l’édification d’une nouvelle République par la mise en synergie de toutes les forces patriotiques, démocratiques et modernes de l’Algérie."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article