Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

La fédération de l'éducation affiliée à l'UGTA, et trois autres organisations se sont réuni avec la ministre Benghabrit pour désavouer le mouvement de grève déclenché par le Cnapeste. Contrairement aux titres alléchants des médias hostile à cette grève, aucun des syndicats affiliés à l'Intersyndicale n'a cautionné cette opération médiatique.

C'est ce qu'indique ce matin le reportage de Amar Rafa dans Liberté:

«Si des syndicats se sont rangés du côté de la tutelle, d’autres, en revanche, sont restés solidaires (passifs) avec le Cnapeste. Il s’agit des membres de l’intersyndicale qui ont décliné l’invitation à la réunion. Parmi ces syndicats, on cite le Snapest de Meziane Mériane, l’UNPEF de Sadek Dziri, le Satef de Boualem Amoura et le Conseil des enseignants des lycées d’Algérie (Cela) présidé par Achour Idir. Ces derniers, qui se sont démarqués de la démarche de leurs confrères, ont dénoncé ce qu’ils ont appelé une “mascarade” et de “pêche en eau trouble”. “Je tiens à informer l'opinion publique que le Satef n'a jamais pris part à la réunion tenue au ministère pour dénoncer quoi que ce soit et la déclaration n'engage que ses auteurs qui pêchent en eau trouble”, a indiqué Boualem Amoura sur son compte Facebook."

El Watan se fait aussi l'écho de cette démarcation:

«Nous avons réellement été conviés à cette rencontre, mais nous avons refusé d’y assister, déclare Meziane Meriane, coordinateur national du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (Snapest). La raison de notre refus est le motif de cette rencontre. Le mouvement de protestation du Cnapeste est une décision autonome à ce syndicat et ne concerne pas l’intersyndicale de l’éducation. Donc, nous n’avons pas à nous positionner d’aucun côté.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article