Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

On peut lire dans un communiqué publié le 4 janvier, portant la signature premier secrétaire du FFS, Mohamed Hadj Djilani  :

"Un rassemblement national organisé par les médecins résidents au centre hospitalo-universitaire Mustapha Pacha à Alger, ce mercredi 3 janvier, a été réprimé par les policiers. Des médecins ont été sauvagement agressés et matraqués, et des blessés ont été enregistrés. Ceci est une provocation de plus, ceci est une provocation de trop !

"Le Front des Forces Socialistes dénonce avec force le musellement des libertés de manifestation et d’expression, l’empêchement des marches pacifiques et la répression systématique des manifestants. Le FFS exige la levée de toutes les restrictions touchant au droit à l’expression, au droit à la manifestation, au droit aux rassemblements pacifiques, au droit d’avoir des droits. Le FFS exprime sa totale solidarité avec les forces revendicatrices, appelle les médecins résidents à la lucidité et à la vigilance, et réitère son appel aux pouvoirs publics pour ouvrir des négociations avec tous les partenaires sociaux.
"Pour le FFS, le respect des droits de l’Homme, le droit de manifester pacifiquement, et le droit de revendiquer sont des principes fondamentaux d’un état de droit".

Dans son discours lors de la commémoration du deuxième anniversaire du décès de Hocine Aït Ahmed le fondateur du FFS, le premier secrétaire Mohamed Hadj Djilani a accordé une large place au mouvement social :

"Depuis que j’assume mes responsabilités au sein du Parti et tout en étant fidèle aux orientations de notre défunt Président Hocine Ait Ahmed qui disait « donner la parole aux jeunes, aux femmes et aux syndicalistes », ces catégories sociales ont toujours constitué une priorité cardinale de notre programme dont le but est de favoriser leur implication au FFS .

"Au FFS, nous sommes solidaires des mouvements sociaux et syndicaux dans leurs revendications légitimes. Au FFS nous dénonçons et rejetons toute répression qui s’abattrait sur des manifestations pacifiques. Le droit à la manifestation pacifique et à la grève des travailleurs fait partie des droits civiques et publics."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article