Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

FORMATION. Les étudiants de l'INPTIC prennent au mot Houda-Iman Faraoun

Lu hier : "Intervenant dimanche sur les ondes de la radio algérienne, Houda Faraoun la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, a déclaré que « la médiocrité de la qualité des réseaux et de la connectivité est due à la non-maitrise de la technologie par les ingénieurs et techniciens d’Algérie télécom et ceux des autres entreprises sous-traitantes ». Selon la ministre, la mauvaise formation des techniciens est le principal problème dont souffre Algérie télécom."

Lu ce main : Les étudiants l’institut National de la Poste et des Technologie de l’Information et de la Communication (INPTIC), maintiennent leur grève pour l’amélioration de leur système de formation et attendent que la ministre les reçoive enfin.

Les étudiants de l’INPTIC maintiennent leur grève entamée en décembre

Par Lynda Abbou, 22 janvier 2018

Les étudiants exigent, entre autres, l’amélioration de leur système de formation mais aussi le départ du directeur de l’institut.

 Déterminés, les étudiants de l’institut National de la Poste et des Technologie de l’Information et de la Communication (INPTIC), en grève depuis le 19 décembre 2017, maintiennent le forcing. Ils ne  comptent  pas mettre fin à leur grève tant qu’ils n’obtiendront pas d’audience avec  la ministre en charge du  secteur, Houda-Imane Faraoun, ni avant que leurs revendications soient satisfaites. D’ailleurs, ils ont boycotté les examens du premier semestre.

Contactés par téléphone, plusieurs étudiants de l’institut de plusieurs niveaux, nous ont confirmé qu’ils  continueront à protester  afin de satisfaire leurs revendications « légitimes ». Il s’agissait au début de « l’amélioration de  la qualité de la formation», explique un étudiant  en 3eme année licence.   Mais les circonstances ont  changé par la suite.  D’après les grévistes,  la direction de l’INPTIC  a fait des promesses  qu’elle n’a pas tenues.

« Il s’agissait de promouvoir le diplôme délivré par l’institut. En plus de l’adoption de nouveaux cycles de formation.  Cependant,  aucune formation en dehors  du programme n’a été donnée », affirment les étudiants. Pire encore,  l’établissement possède un laboratoire professionnel que « les étudiants n’ont jamais eu le droit d’utiliser » ont-ils signalé. Le laboratoire  en question est, par contre, « utilisé par des  étudiants externes, notamment ceux de l’université  des technologie (USTHB) d’Alger », ont-ils ajouté.  

Cet institut qui n’accepte que les meilleurs bacheliers,  compte 200 étudiants (100 en Licence, 50 en Master 1 et 50 en Master 2). Les étudiants critiquent également le changement de système décidé par l’administration en ce qui concerne l'obtention du Master.

Les étudiants exigent, en outre, le départ du directeur  de l’institut ainsi qu'une enseignante. L’équipe de Maghreb Emergent a tenté, à plusieurs reprises, d’entrer en contact avec la direction de l’institut, mais sans succès.

Source : Maghreb Emergent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article