Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Les jeunes algériens "se ruent vers l'Europe". Vrai ou faux, les derniers chiffres de Frontex l'état-major européen anti-harraga sont fortement médiatisés en Europe. Le pouvoir algérien semble ne plus savoir où donner de la tête. Affectation de nouvelles forces  navales, regain de sévérité des tribunaux, recours aux fonctionnaires religieux, injonction aux partis pour qu'ils fassent campagne contre la harga, etc.

Trois commentateurs du Quotidien d'Oran n'y croient pas.

"Fuite en avant" titre l'éditorial de  Mahdi Boukhalfa : "Par la force des choses, le gouvernement, sinon tous les gouvernements successifs depuis la fin de la décennie noire et même avant, n'a à aucun moment mis en place des politiques publiques en direction de ces jeunes, ouvert un dialogue franc sur leurs attentes sociales".

"Les harraga sont convaincus que leur avenir dans leur pays ne leur appartient plus, écrit Abdelkrim Zerzouri dans Raïna raïkoum : "Il n'y a plus d'avenir. Leur redonner un avenir serait, ainsi, la meilleure des fetwas, la plus efficace action de sensibilisation et de lutte contre le phénomène de l'immigration clandestine" Et plus loin : "Le désespoir ne se guérit pas à travers les fetwas.".

Désespérés les haraga? Kamel Daoud note dans sa nouvelle rubrique hebdomadaire : "Un ami journaliste très perspicace m’a fait observer un détail : les harraga dès qu’ils prennent la chaloupe ne gardent pas le silence comme des fuyards, des dissidents de la guerre froide, des rescapés d’une guerre, non. Ils scandent, chantent, parlent, rient, crient et cèdent à la démonstration. Ils «répondent», revendiquent, se filment. "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article