Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Noureddine Saadi sera enterré lundi à 10 h30 au cimetière musulman de Thiais. La levée de corps aura lieu à 9 h au Funérarium des Diaconesses, 12-18 rue du sergent Bauchat

Dans les articles consacrés au défunt Noureddine Saadi, c'est l'écrivain et l'universitaire qui sont, naturellement, au centre de l'attention. Voici quelques repères biographiques sur sa jeunesse.

Né à Constantine en juillet 1944, il vient à Alger en 1962 poursuivre ses études au Lycée Emir Abdelkader. Avec d’autres condisciples, il active dans l'Union des lycéens UNLCA et à la JFLN.

Après son bac, il entame des études de Droit à l’Université d’Alger. En juin 1965, l’ambiance à l’Université est dominée alors par les contrecoups du Coup d’Etat effectué par l’armée contre le président de la République élu en septembre 1962, Ahmed Ben Bella.

L’organisation des étudiants, l’UNEA, refuse de donner sa caution au coup d’Etat. La répression s’abat sur elle, et son Comité exécutif entre en clandestinité. S’ouvre alors une longue période, 1965-1970, marquée par les luttes démocratiques et syndicales des étudiants.

Nourredine Saâdi y prend toute sa part, d’abord au Comité étudiant de la fac de Droit, puis au sein du Comité de Section d’Alger où il est chargé de la question de la Réforme universitaire. Arrêté en janvier 1970, en même temps que plusieurs dirigeants syndicaux étudiants de l’UNEA, il est directement conduit en caserne pour effectuer son service national.

Il devient en même temps militant de l’ORP à la fin de l’année 1965, puis militant du PAGS dès sa création en 1966. Il le restera jusqu’au premier congrès en décembre 1990.

Devenu enseignant à la Faculté de Droit, il poursuit son activité syndicale et est élu à la fin des années 70 secrétaire général du syndicat de l’enseignement supérieur (SNES).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article