Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Avec l'état d'urgence soft qui a succédé à l'état d'urgence militarisé de la décennie noire, on continue d'interdire l'espace public aux manifestations. Après le scandaleux étouffement du rassemblement de la Grande poste d'Alger contre la décision de Donald Trump, la jeunesse algérienne a réussi, hier, à contourner ou à percer l'encerclement, comme à Ghardaïa et Constantine.

El Qods a fédéré la vallée du M'Zab

Plus de trois mille lycéennes et de Lycéens se sont donnés le mot pour rejoindre ce dimanche matin l’esplanade du 1er Mai à Ghardaïa .

Déployant, tout en haut du monument symbolisant la porte d’entrée de la ville de Ghardaïa sur lequel ils étaient juchés en grand nombre, un grand et superbe drapeau de la Palestine , des lycéens et des collégiens de plusieurs établissements de la vallée du Mzab , notamment les cinq lycées (Sidi Abbaz, Karma Bouhafs, Med Lakhdar Fillali, Moufdi Zakaria et Imam Aflah Abdelwahab ) et le Technicum Hamoud Rmadane de la cité El Korti , ont répété à gorges déployées, pendant plus de deux heures, les slogans traditionnels en soutien au peuple Palestinien frère qui lutte pour sa liberté et l’émergence d’un état palestinien avec El Qods comme capitale. 

 «  Où sont les arabes, ceux qui ne savent que bombarder leurs propres frères ? Que font-ils pour le peuple Palestine et sa cause sacrée ? » S’indigne une  lycéenne, un sac au dos sur l’épaule. Sa camarade ajoute : « nous sommes jeunes mais nous comprenons et ressentons parfaitement les souffrances de ce peuple, spolié de sa terre et trahi par ses propres frères. Nos parents nous en parlent tant que nous connaissons parfaitement l’histoire de ce pays et ce peuple de martyrs. Marcher et crier notre solidarité avec eux est le moins que l’on puisse faire à notre âge. » 

(...) Il faut surtout souligner la fraternité des deux communautés qui ont chanté et marché ensemble dans une belle convivialité, El Qods a fédéré les Frères et Sœurs de la  vallée du M’zab. Quelle belle leçon de fraternité et surtout de conscience citoyenne !" Djamel K. le correspondant d'El Watan

Malgré la police, les lycéens ont convergé vers le centre-ville de Constantine


Durant toute la matinée d’hier, le centre-ville de Constantine était presque paralysé en raison d’un vaste mouvement de jeunes lycéens venus des différents quartiers de la cité.

photo DR

Un peu plus tôt, les étudiants de l’université Mentouri ont manifesté pendant plusieurs minutes sur l’axe névralgique reliant la ville de Constantine à l’aéroport Mohamed-Boudiaf avant de libérer la voie aux automobilistes immobilisés pendant près d’une heure.

(...) Aussi, la ville aura connu, dès 8h du matin, l’arrivée, par petits groupes, de lycéens et de collégiens de différents quartiers. Tous affluaient en direction du centre-ville, en arpentant l'avenue Abane-Ramdane, précisément vers la maison de la culture Mohamed-Laïd-El-Khalifa, point de convergence fixé par les manifestants dans leurs échanges sur les réseaux sociaux. À 10h30, la foule devient de plus en plus dense rendant difficile la circulation automobile à travers les principaux axes de la ville.

Les services de sécurité, qui quadrillaient à distance les manifestants, finiront par renforcer leur dispositif installé au niveau du boulevard Zaâmouche, fermant l'accès du centre-ville aux lycéens qui continuaient d'arriver depuis Bab El-Kantara, Daksi, Sidi Mabrouk et El-Mansourah. Refoulés, ils arriveront quand même à atteindre, vers 11h30, le centre-ville en arpentant différents détours. Un rassemblement est improvisé place de La Brèche, en face du théâtre régional, avant de s'ébranler en direction de la maison de la culture El-Khalifa pour rejoindre le reste des manifestants pour se disperser dans le calme vers 13h. Mourad Kezzar dans Liberté

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ctoumani 11/12/2017 17:04

Que vive la jeunesse algérienne