Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Une des photos du massacre de My Lai prises par Haeberle : "La plupart étaient des femmes et des enfants. On aurait dit qu'ils essayaient de s'enfuir."

Une des photos du massacre de My Lai prises par Haeberle : "La plupart étaient des femmes et des enfants. On aurait dit qu'ils essayaient de s'enfuir."

Bonsoir Saoudi. Je te propose à nouveau un article de Nazanin Armanian , cette fois sur Raqqa, parue le 27/10/2017 dans sa rubrique "Punto y seguido" au journal Publico. Lien titre original: El silenciado exterminio de Raqqa, el My Lai sirio

Par Nazanin Armanian, 27 octobre 2017

mm
 

Le monde a frémi en novembre 1969 quand le journaliste Seymour Hersh révéla le massacre de My Lai (Vietnam): tous les êtres vivants du village furent exterminés après avoir subi plusieurs jours de torture et terreur.

 

Aujourd'hui, on dissimule au monde les dimensions de la tragédie faite aux gens de Raqqa, bien plus grande que My Lai: 25.000 personnes ont été attaquées à coups d' épées, fusils, bombes et missiles par deux groupes terroristes (DAESH et les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dirigées par les Etats Unis et leurs alliés. Raqqa n'a pas été libérée, elle est seulement passée des mains d'un groupe terroriste à celles d'un autre.

Alors que la presse occidentale accusait la Russie de "crimes de guerre" pour son intervention militaire à Alep, elle est restée muette face à ce que Amnistie Internationale a appelé "un labyrinthe mortel"; et l' ONU a interpellé la coalition dirigée par Washington sur "une terrible perte de vies" de milliers de bébés, personnes agées, femmes et hommes dont les cadavres putréfiés recouvrent les rues de la ville septentrionale de Syrie.

La semaine dernière, durant la supposée libération de la ville assiégée de Raqqa - occupée par les djihadistes en 2014 - le Pentagone (qui n'a aucun mandat légal pour mener les attaques aériennes en Syrie), a utilisé deux armes particulièrement terrifiantes. D'une part, le phosphore blanc, dont l'usage est illégal, brûle le corps jusqu'à l'os et brûle les poumons quand on le respire. D'autre part, les missiles MGM-140B, qui lancent environ 274 grenades antipersonnelles, capables d'anéantir tout être vivant dans un rayon de 15 mètres. C'est ainsi que Trump fait "l'Amérique Plus Grande" !

Les Etats Unis, Israël et l'Arabie Saoudite ont accueilli avec grande satisfaction l'expansion de DAESH en Syrie, du fait qu'elle fragilise le gouvernement baasiste de Damas et qu'elle leur offre des opportunités stratégiques, surtout contre l'Iran.

Le secrétaire à la Défense américain James Mattis, surnommé "l'enragé", avait déjà annoncé que le Pentagone était en train d'adopter des "tactiques d'extermination" dans leur campagne en Syrie: "Les pertes civiles sont une réalité dans ce type de situations", avait-il dit. Des milliers de civils syriens ne sont rien d'autre que les "dommages collatéraux" de leurs infâmes intérêts, comme ce fut le cas en Yougaslavie, Afghanistan, Irak, Libye, Yemen, Soudan, et Somalie.

Durant les attaques, qui ont duré des mois, le snipers des deux bords ont tué même les personnes qui se rendaient ou ceux qui tentaient de fuir par l'Euphrate, les coulant avec leurs bateaux dans le fleuve. Mattis est le même général qui organisa le siège de la ville irakienne de Faluja, en 2004, tuant des milliers de civils par les balles, les bombes, la faim et la soif.

Pendant que la coalition dirigée par les Etats Unis encerclait Raqqa au nord, est et ouest, elle permit aux djihadistes de DAESH d'échapper à partir du sud-est pour se réfugier dans la province de Deir Ez.Zour , et de là continuer à combattre l'armée syrienne. Washington refait le pompier pyromane, laissant DAESH occuper des territoires syriens, pour ensuite se présenter comme force libératrice, s'appropriant des territoires qui deviennent son butin de guerre, utilisant les kurdes et les arabes comme troupes terrestres.

En 2016, John Kerry commentait qu' avec l' avancée de DAESH , Assad se verrait obligé à négocier, permettant d'atteindre les objectifs polico-militaires que l'OTAN n'arrive pas à obtenir dans son interminable guerre-business.

Pourquoi Raqqa ?

Les Etats Unis s'emparent d'une autre ville de Syrie, pays où pour la première fois de leur histoire ils ont obtenu des bases militaires, grâce au collaboracionnisme kurde, qui malgré cela affirme être de gauche.

Entre autres motifs du Pentagone pour occuper cette ville:

  1. Devancer l'armée syrienne et ses alliés russo-iraniens pour récupérer cette cité stratégique

  2. Annexer Raqqa à ses territoires occupés en Syrie, et y installer une présence militaire permanente; il a déjà commencé l'installation d'une nouvelle base militaire à Tabqa. C'est pourquoi, les pays de l'OTAN se sont empréssés d'annoncer qu'en dépit de la défaite de DAESH, ils n'abandonneront pas la Syrie.

  3. Raqqa sera la capitale de fait de ce qu'on appelle les forces modérées syriennes, convertie en contrepoids au gouvernement de Assad à Damas. Situation qu'ils ont créée aussi dans les pays attaqués comme la Libye et l'Irak, imposant des gouvernements parallèles.

  4. Cette attaque, qui coincide avec l'invasion de la Turquie à Idlib avec des dizaines de tanks, assure la désintégration réelle de la Syrie.

Lutter contre le terrorisme ne figure pas parmi les objectifs de Trump en Irak et Syrie, sinon consolider l'hégémonie des Etats Unis sur une région avec de vastes réserves de pétrole au Proche Orient et neutraliser deux obstacles principaux: l' Iran et la Russie, alors que l'objectif final est de contenir l'avancée de son véritable rival, la Chine.

La manipulation de l'information sur ce qui se passe au Proche Orient est en train d'empêcher la formation d'une opposition organisée dans les pays agresseurs et d' un mouvement contre les guerres croissantes à l'échelle mondiale.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article