Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

"Il y a eu des violations et des escarmouches, tout comme il y a eu des dépassements de la part de certains agents de l’administration. Il y a également eu beaucoup des retards dans la remise des procès-verbaux de dépouillement" affirme Ahmed Ouyahia en conférence de presse, ajoutant :  "Vous voyez bien que même un parti dont le chef est le premier responsable de l’Exécutif se plaint de l’élimination de ses listes ou de ses candidats (...). C’est ça l’ambiance générale des élections dans notre pays".

 Hamid Saïdani commente ces propos dans Liberté : "En se déclarant, finalement, lui aussi, victime de pratiques qu’il avait, lui-même, toujours niées, le parti d’Ouyahia renforce, en tout cas, l’idée que la fraude électorale est “institutionnalisée”, devenant, au fil du temps, une  constante des processus électoraux en Algérie."

A Constantine, on peut lire ce témoignage dans l'article  qui suit : «En se basant sur les preuves palpables, le taux de participation est de 19 %, rien de plus. L’administration, quant à elle, a donné un taux de 49%, avant de le revoir et annoncer 42% de participation !"

Soupçons de fraude électorale à Constantine. Six partis accablent l’administration locale.

Par Yousra Salem, 26 novembre 2017

 

Les têtes de listes de six partis, PT, MPA, MSP, Talaie El Hourriyet, Islah et FFS, se sont réunis au siège de la permanence du MSP pour dénoncer ce qu’ils qualifient de «fraude flagrante» organisée par l’administration de Constantine.

Abdelwahab Abdenour, premier intervenant et tête de liste APC pour le MSP, a affirmé que plusieurs dépassements ont été enregistrés dès le début de ces élections avec la complicité de l’administration de la wilaya. «Ce sont des dépassements très graves de la part de l’administration à Constantine qui n’ont aucune explication réglementaire. Non seulement le chiffre des sièges obtenus par le FLN est falsifié, mais la wilaya a doublé le nombre annoncé par le parti.

C’est clair, il y a un parti pris flagrant de la part de l’administration en faveur du FLN», a déclaré M. Abdenour. Et d’ajouter qu’ils détiennent assez de preuves tangibles de cette fraude massive menée par l’administration, notamment des enveloppes préparées pour le bourrage et des PV établis par la justice ! Ali Bouchoucha, tête de liste MPA, a rejoint le premier interlocuteur, en s’étalant encore plus sur quelques détails du bourrage. «C’est un scandale sans précédent et cela dans plusieurs centres de vote.

Notons à titre d’exemple, le centre de Boucenna dans la commune de Aïn Smara, où nous avons découvert 50 enveloppes remplies par les affiches du FLN et cachées dans les sanitaires. Au centre El Idrissi, le nombre des votants pour le FLN a augmenté jusqu’à 100 voix ! Ce ne sont là que des échantillons», a-t-il dénoncé.

Les présents étaient unanimes à affirmer aussi, PV à l’appui, que le FLN a obtenu environ 10 000 voix pour le renouvellement de l’APC.

Mais l’administration, d’après toujours leurs dires, a fait doubler ce chiffre, soit environ 20 000 voix. «En se basant sur les preuves palpables, le taux de participation est de 19 %, rien de plus», a lancé l’un des présents. L’administration, quant à elle, a donné un taux de 49%, avant de le revoir et annoncer 42% de participation !

Les conférenciers ont affirmé que le communiqué de la wilaya, envoyé trois fois à la presse, puis rectifié l’après-midi d’hier, confirme l’intention de falsification des résultats des élections. Dans ce communiqué, l’on a annoncé que le FLN a obtenu 35 sièges à l’APC de Constantine, avant de rectifier et remplacer ce chiffre par 28, et pour le renouvellement de l’APW on lui a attribué 28 sièges au lieu de 19.
Ce n’est qu’après rectification qu’El Islah et le MSP ont réintegré l’APW avec 5 sièges pour chacun et le PT avec 4 sièges (comme il a été mentionné dans le PV dont El Watan détient une copie). « C’est pourquoi, nous allons faire un recours et saisir la justice par la suite. Après les résultats du recours nous prendrons des mesures politiques dans ce sens », ont-ils déclaré à l’unanimité.

Ces hésitations et les rectifications jettent en effet de lourds soupçons sur le travail de l’administration, laquelle s’est illustrée le 24 septembre dernier lors des dépôts des listes de candidatures en parachutant plusieurs candidats têtes des listes FLN. Les dés n’étaient-ils pas pipés dès ce jour ?

Source : El Watan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article