Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Dans son discours d'Alger à l'occasion de la fête nationale française, Xavier Driencourt qui vient de retrouver son poste d'ambassadeur de France, cinq ans après avoir l'avoir quitté en 2012, glisse une phrase énigmatique : "l’Algérie que je retrouve a changé, elle n’est plus la même que celle que j’ai quittée en 2012 ».

 Qu'est-ce qui a changé depuis cinq ans en Algérie? Les comptes rendus de la presse n'en rendent pas compte. Sans doute n'a-t-il pas précisé la nature de ce changement. Mais, dans sa conclusion, l'ambassadeur semble enfoncer le coin : « Je n’ai peut-être pas réussi au cours de mon premier mandat, à remplir tous mes objectifs : la période était plus compliquée".  

Il semble donc croire qu'en 2017 une seconde chance lui est offerte. Il termine par "l’immense confiance que j’ai dans l’avenir et la force des relations algéro-françaises », après avoir affirmé que la France a également changé: « Nous avons en France un Président de la République, élu en mai dernier, qui connaît et aime l’Algérie». L'enfant prodigue, de retour au bled, a sans doute aussi été boosté hier par ces mots du président algérien adressés à Emmanuel Macron : "Sous notre impulsion commune, ce partenariat d’exception entre nos deux pays saura progresser encore vers une exemplarité féconde".

Quelle part à "l'exemplarité féconde" attendre de Macron?

Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart fait le point de ce qui a changé en France avec le nouveau locataire de l'Elysée: " Que les deux premiers mois de présidence d’Emmanuel Macron confirment une politique économique et sociale ultralibérale n’est pas une surprise, même si elle s’avère encore plus radicale qu’annoncé dans le programme du candidat d’En Marche!. La rédaction de Mediapart ne cesse de documenter, de façon rigoureuse et précise, tous ces coups de boutoir portés au pacte social du pays, à ses grands équilibres économiques, aux acquis conquis par le monde du travail. S’y dessine une offensive aussi cohérente idéologiquement que dangereuse économiquement, au service d’intérêts sociaux extrêmement minoritaires".

Post-scriptum

Changement ?
Un train peut en cacher un autre

Par Abdelatif Rebah, 14 juillet 2017.

Quelles sont ces couches qui se posent en champions du « changement », qui ont émergé sur la scène économique, tous voiles levés, après un parcours souterrain, se distinguant le plus souvent par des comportements de court terme et des comportements de prédation, pesant de manière déterminante sur le cours politique du pays et qui sont impatients de se constituer en force dirigeante, embarquées dans le train au-dessus de tout soupçon de la « bonne gouvernance » et de ses vertus. Comment et à travers quels mécanismes s’est opérée leur ascension ?

Source : raïna-dz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article