Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Abdelkrim El Khatabi, le vainqueur d'Anoual

Abdelkrim El Khatabi, le vainqueur d'Anoual

En 1921, la tribu des Beni Ouriaghel, installée dans la région d'Al Hoceima, entre en rébellion ouverte sous la conduite d'un ancien journaliste et fonctionnaire de l'administration espagnole, Mohamed Ben Abdelkrim El-Khattabi agé de 30 ans. Une puissante armée espagnole, chargée d’en finir avec les rebelles, essuie une cuisante défaite à Anoual dans le Rif, le 20 juillet 1921.

14.000 soldats espagnols sont tués, blessés ou portés disparus dans la bataille, soit la presque totalité des troupes. Leur chef, Le général Silvestre, se suicide. "Malgré l’importance historique et militaire de la bataille d’Anoual, sa commémoration s’est passée dans un silence total. À l’image d’autres épopées glorieuses de notre histoire nationale, qui sombrent dans l’oubli ou l’indifférence". C'est ce qu'écrivait, deux ans avant le déclenchement du Hirak, Abdellah Tourabi, l'éditorialiste d'un journal marocain qui ajoutait, à propos de l'histoire nationale du Maroc : "La monarchie est une composante essentielle de ce récit, mais elle ne doit pas en être l’alpha et l’oméga."

Les résistants rifains  mettent en déroute l'armée espagnole

Les résistants rifains mettent en déroute l'armée espagnole

Après l'établissement d'un protectorat de la France sur le royaume marocain, en 1912, les Français avaient concédé à l'Espagne l’administration du Rif, région insoumise qui persiste dans sa résistance à l'occupation étrangère. Les tribus berbères qui l'habitent cette chaîne montagneuse qui borde le littoral méditerranéen du Maroc ont depuis toujours résisté aux tentatives d'invasion des royaumes chrétiens du nord, l'Espagne et le Portugal. Abdelkrim, Le jeune chef charismatique et intelligent des Rifains  lève une petite armée et commence à infliger quelques échecs aux Espagnols, avant la victoire du 20 juillet.

Après la victoire d’Anoual, Abdelkrim étend son autorité à l'ensemble du Rif. Le 1er février 1922, il proclame même la République confédérée des tribus du Rif dont il est désigné président.

Une coalition militaire impérialiste conduite par le maréchal Pétain, assisté d’un autre futur chef d’Etat fasciste, le général espagnol Franco, viendra à bout, en 1925, de cette première République du Maghreb. La guerre du Rif demeure comme l'une des plus grandes épopées nationales du Maroc, ignorée par le Makhzen.

La mémoire bradée

Par Abdellah Tourabi 24 juillet 2015. Editorial de Tel Quel

Question pour un champion :  à quel événement historique correspond la date du 21 juillet 1921? Pour ceux qui n’ont pas la réponse, ou l’ont oubliée, il s’agit du jour où a eu lieu la bataille d’Anoual, où les troupes dirigées par Abdelkrim Khattabi ont mis en déroute l’armée espagnole.

Un épisode de gloire où des milliers de résistants marocains ont tenu tête à une force militaire européenne. Il aura fallu la coalition des armées française et espagnole, dirigées par le maréchal Pétain, cinq ans de combats et de bombardements aériens, un déluge de feu, et même l’usage de gaz pour mettre à genou ces valeureux combattants rifains. Anoual a inspiré des générations de militants contre le colonialisme. Elle a démontré, au même titre que Diên Biên Phu en Indochine, qu’on pouvait briser de puissantes armées coloniales avec un peu de courage, de ruse et de détermination.

Malgré l’importance historique et militaire de la bataille d’Anoual, sa commémoration s’est passée dans un silence total. À l’image d’autres épopées glorieuses de notre histoire nationale, qui sombrent dans l’oubli ou l’indifférence. Pourtant, dans d’autres pays, on célèbre avec faste et apparat les victoires militaires qui ont marqué l’histoire d’une nation. Ainsi, en Russie, la commémoration de la bataille de Stalingrad est un moment de communion collective, en Angleterre, on célèbre pompeusement l’épopée navale de Trafalgar, qui donne son nom à une importante place de Londres, et en France, même Waterloo, défaite cuisante de Napoléon Bonaparte, est détournée pour lui donner le sens d’une victoire avortée par la malchance et les trahisons. Ces célébrations renforcent le lien national, créent un sentiment d’appartenance collective et soudent les citoyens d’un pays.

Au Maroc, on préfère regarder ailleurs, publier des communiqués lapidaires ou organiser des conférences qui ne passionnent qu’une poignée de chercheurs. Pourtant, dans un pays comme le nôtre, composé d’une mosaïque d’identités ethniques et tribales, cette consolidation d’une appartenance commune est plus que nécessaire. Un grand récit national, qui regroupe tous les Marocains, est une immunisation contre les dissensions et les fragilités d’un lien qu’il faut renouer sans cesse.

La mise en scène de ce récit passe par la célébration des moments de gloire et de défaite, des lieux de mémoire et la mise en valeur des hommes et des femmes qui ont écrit cette histoire commune. La monarchie est une composante essentielle de ce récit, mais elle ne doit pas en être l’alpha et l’oméga. Les épopées menées par d’autres dynasties ou les figures nationales du pays sont aussi importantes que le combat de Mohammed V pour l’indépendance ou son retour d’exil.

Notre mémoire collective est faite de cet archipel de faits, de lieux et de personnes. L’indifférence et la discrimination peuvent créer des frustrations qui alimentent d’autres mémoires et récits concurrents. Quand ces derniers seront enclenchés, il sera trop tard pour réagir.

Source : TelQuel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article