Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

28 mai 2017

Le journal émirati The National a, dans son édition du 28 mai, fait paraître un article intitulé « Le Qatar doit choisir entre l’Iran et l’Arabie », qui décrit l’angoisse de ces derniers jours vécue par les chefs d’État arabes du golfe Persique et causée par les déclarations de l’émir du Qatar à propos de l’Iran.

L’entretien téléphonique de Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani avec le président Hassan Rohani a même mis de l’huile sur le feu.

S’interrogeant sur la nature de leur conversation et les politiques adoptées, le journal rappelle que l’émir du Qatar envoyait depuis quelque temps aussi bien à Téhéran qu’à Riyad des messages empreints de neutralité.

« Cet entretien téléphonique montre néanmoins le penchant du Qatar pour le côté iranien. Soit le Qatar fait fi de ses voisins du golfe [Persique], soit c’est une imprudence des plus dangereuses qui a fait du cheikh Tamim un instrument pour les visées électorales de l’Iran », estime The National.

Prétendant que l’Iran a su exploiter les discordes et dualités au sein des États arabes, le journal interpelle l’émir du Qatar : « Considérez le rôle et la suprématie de l’Iran à Bahreïn et dans la région ; demandez-vous si la puissance de l’Iran s’arrêtera aux frontières du Qatar. Le Qatar pourrait-il en solitaire arrêter la soif de puissance de l’Iran ? ».

Il conclut avec cette autre interrogation : « Serait-il probable que l’Iran soit en position de force en faisant de la région une zone d’instabilité pour semer la zizanie au sein même de la cour de l’émir du Qatar ? ».

Pour sa part, le quotidien saoudien Okaz a réagi, dimanche 28 mai sur son compte Twitter, à la conversation téléphonique de l’émir qatari avec le président de la République islamique d’Iran.

Le quotidien a écrit que « ce coup de fil a révélé le mensonge de l’émir du Qatar quand il a démenti les déclarations qui lui avaient été attribuées ».

Les déclarations attribuées à Tamim ben Hamad Al Thani, selon lesquelles il n’est dans l’intérêt de personne d’attiser le feu des tensions avec l’Iran en tant que puissance islamique, ont suscité la vive réaction des médias saoudiens et de certains pays de la région.

Les médias saoudiens ont commencé à publier des articles virulents contre les responsables qataris et de nombreuses sources d’information qataries ont été bloquées en Arabie saoudite.

Source: almanar.com

Des mails fuités révèlent une offensive émiratie contre le Qatar et l’Iran aux Etats-Unis

Par Théa Ollivier, 4 juin 2017

L'ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington a tissé des liens avec un think tank pro-israélien pour influencer la politique étrangère américaine et ternir l'image de l'Iran et du Qatar. 

Plusieurs emails de l’ambassadeur des Émirats arabes unis (EAU) à Washington ont fuité le 3 juin dans plusieurs médias américains, dont The Intercept, le HuffPost et The Daily Beast. Sa boîte de messagerie a été piratée par un groupe de hackers qui se nomme “GlobalLeaks”, une information confirmée par la porte-parole de l’ambassade des EAU au Daily Beast, qui affirme que la boîte Hotmail appartient bien à l’ambassadeur Youssef Al Otaiba.

Les hackeurs à l’origine de cette fuite ont affirmé, dans des déclarations accordées au Huffington Post, qu’ils « cherchaient à exposer les efforts des EAU à manipuler le gouvernement américain ». Selon le Daily Beast, ces emails montrent « comment un petit et riche pays utilise des lobbyistes pour heurter les intérêts américains et ceux de ses alliés ».

Ce lobbying le diplomate émirati l’a mené en concertation avec la Fondation pour la défense des démocrates. Ce mouvement américain pro-israélien est financé par le milliardaire Sheldon Adelson, un allié du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon The Intercept. Au cœur des discussions entre Al Otaiba et le FDD : les moyens d'isoler le Qatar de la diplomatie américaine et les pressions à exercer sur les grandes entreprises pour éviter les échanges économiques avec l’Iran.

Ecarter l’Iran

Les liens entre la FDD et les Emirats arabes unis ne sont pas évident, d’autant qu’Abu Dhabi ne reconnait pas Israel. Mais ils ont tous les deux un ennemi commun : l’Iran, qui prend de plus en plus de place au niveau diplomatique, mais surtout économique depuis la signature de l’accord sur le nucléaire en 2015 qui permet aux entreprises étrangères d’y investir de nouveau.

Les fuites prouvent que Youssef Al Otaiba a échangé avec le PDG de la FDD, Mark Dubowitz, le 10 mars 2017, à propos d’une liste d’entreprises à viser pour qu’elles fassent le choix entre faire du commerce avec l’Iran ou les EAU. « M. l’Ambassadeur », écrit Dubowitz. « Le mémorandum en pièce jointe liste, par pays, les entreprises qui font du business avec l’Iran, mais aussi avec l’UAE et l’Arabie saoudite. C’est une liste cible pour mettre ces entreprises face à un choix, comme nous en avions discuté ». Une liste qui contient un grand nombre d’entreprises internationales majeures comme Airbus ou le Russe Lukoil selon The Intercept.

Un agenda a aussi fuité dans les mails. Serait alors prévue une discussion « possible » entre les politiques américains et émiratis pour « impacter positivement la situation interne de l’Iran ». Une façon de « contenir et vaincre l’agression iranienne », selon les informations obtenues par The Intercept.

Ternir l'image du Qatar

John Hannah, un responsable du FDD et l’ambassadeur émirati aux Etats-Unis échangent très régulièrement. «Durant la dernière année, les deux hommes ont voulu soumettre le futur des relations entre les Etats-Unis et le Qatar au débat ». écrit le Huffington Post qui explique que le Qatar est perçu comme le pays faisant la promotion d’un islam extrémiste voulant imposer la charia. D’un côté, Israël s’inquiète du soutien qatari au Hamas, de l’autre, une guerre est menée entre les EAU et le Qatar pour savoir qui aura plus d’influence sur les États-Unis. Les pro-Israéliens et Émiratis s’allient alors pour se lancer dans un lobby anti-qatari à Washington D.C.

Un prisme des emails qui a été largement repris par Al Jazeera (détenu par l’Etat du Qatar) qui angle sur le rôle joué par l’ambassadeur émirati dans la campagne pour ternir l’image du Qatar. En effet, les mails dévoilent un agenda qui inclut des discussions autour de : « Al jazeera, un instrument de l’instabilité de la région ».

Dans un autre échange, daté d’avril 2017, John Hannah se plaint à Youssef Al Otaiba du fait que le Qatar héberge une réunion du Hamas dans un hôtel appartenant à un Emirati. L’ambassadeur répond que ce n’est pas la faute du gouvernement émirati et propose un accord au FDD : « Faisons comme ça: vous déplacez la base militaire, après nous déplacerons l’hôtel ». Un deal qui fait référence à la base militaire américaine située au Qatar. Pour l’instant, la FDD et l’ambassadeur Youssef Al Otaiba n’ont pas voulu répondre aux questions de nos confrères américains.

Source : Tel Quel

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article