Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

« L’affaire Mécili » de Hocine Aït Ahmed continue de hanter les assassins

 Le livre sera réimprimé et sa diffusion relancée annonce le site du FFS.

24 juin 2017

Le livre « L’affaire Mecili »  de Hocine Aït Ahmed qui détaille l’assassinat le 7 avril 1987 de notre camarade Ali Mécili par un truand agissant sur commande de la sécurité militaire va être réimprimé par les éditions La Découverte et sa diffusion relancée.

 Une conférence va être organisée le 29 juin prochain à la Libraire Résistances, à Paris (17è) avec la participation avec Annie Mecili, José Garçon et François Geze et Madjid Rouar, secrétaire national du FFS chargé du pôle relations internationales.

 L’affaire Mécili est un scandale continu pour le pouvoir français qui a décidé d’exfiltrer l’assassin au lieu de le traduire en justice. Une « raison d’Etat » qui constitue une honte absolue car elle institue une impunité qui déshonore la République française.

 C’était en juin 1987, au nom d’une procédure d’urgence, Charles Pasqua et Robert Pandraud, ont décidé « d’expulser » le truand qui a commis le meurtre avec le but évident de le soustraire à la justice.

Celle se révèlera défaillante et prendra une ordonnance de non-lieu de novembre 2014. Une décision qui tourne le dos à la justice et qui est l’expression hideuse de la « raison d’Etat » qui a été confirmé par la Cour d’appel de Paris et par la Cour de cassation.

La famille et les amis d’Ali Mécili ne désarment pas cependant. Ils entendent continuer le combat contre la raison d’Etat. Annie Mécili l’a rappelé dans un entretien à Libre Algérie en annonçant la saisine de la Cour européenne des droits de l’homme contre l’effacement d’un crime au nom de la raison d’Etat. Et contre le refus de la justice française d’instruire une affaire dont tous les éléments sont connus et le livre de Hocine Aït Ahmed est de ce point de vue d’une implacable clarté.

« Nous entendons utiliser toutes les voies de droit pour que soient condamnées les autorités françaises – judiciaires et étatiques – qui, par leurs défaillances, ont violé les dispositions de la convention européenne des droits de l’homme. Nous ne pouvons accepter que soit ainsi consacrée l’impunité des crimes politiques » avait déclaré Annie Mécili.

La réimpression et la relance de la diffusion du livre fait partie de ce combat contre l’oubli, l’amnésie et l’impunité. « L’affaire Mécili » de Hocine Aït Ahmed continuera à hanter les assassins et à interpeller la justice française qui a complètement démissionné devant la raison d’Etat, qui est une logique de truands.

Source : http://www.ffs.dz

Commenter cet article