Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

"Il est clair que le nouveau gouvernement ne prendra pas de décisions stratégiques, conclut Habib Kharroubi dans son analyse du Quotidien d'Oran. Mais juste faire un travail d'exécution, faire tourner les chantiers, mais avec comme arrière-fond la gestion d'une période transitoire, laissant les grandes décisions politiques et économiques pour l'après 2019. Le calme dans les états-majors politiques à l'annonce du gouvernement et sa composante, le refus de Hamas d'y participer, sonnent comme le début de la course pour la prochaine présidentielle".

L'éditorialiste d'El Watan Ali Boukhlef écrit dans le même sens: "La mission de Tebboune à la tête du gouvernement, qui répond plus à une logique de l’urgence qu’à un impératif de s’inscrire dans la durée, semble plus compliquée que jamais. Chargé de perfuser un corps pratiquement inerte, l’ancien ministre de l’Habitat devra faire preuve d’une grande ingéniosité pour rattraper ce qui peut l’être". Il conclut sur une note positive : " A condition que les autorités gouvernementales libèrent les initiatives, laissent les entreprises investir et luttent sérieusement et de manière efficace contre l’économie informelle, le réveil est à portée de main. La sortie de crise ne relève pas du domaine de l’impossible. Des efforts dans le domaine politique avec de vraies réformes politiques ne peuvent être dissociés. Dans le cas contraire, tous les efforts seront vains.

Louisa Hanoune se situe dans le cadre du préjugé favorable : «Nous connaissons bien Monsieur Tebboune, nous le respectons, c’est un homme d’Etat, un homme de dialogue, il a fait ses preuves dans ses fonctions ministérielles, mais nous souhaitons que sa nomination entre dans un cadre qui vise à corriger l’état des lieux, une prise de conscience des dangers qui guettent le pays et qui menacent sa stabilité»

"L’Algérie ne peut plus attendre" titre l'éditorialiste d'Algérie-Focus qui a changé de rédacteur en chef. Rachid Ikhenoussène conclut en fanfare : "L’heure de nettoyer les écuries d’Augias à grande eau a sonné et ne saurait être différée. Cette tâche, aussi titanesque que vitale, doit inclure tous ceux qui tendent vers une Algérie meilleure, une Algérie apaisée, libre, souveraine et prospère. Sans exception. Sans exclusive. Tous les patriotes sincères, indépendamment de leurs convictions idéologiques et philosophiques, doivent s’asseoir autour d’une table et se parler les yeux dans les yeux. Ils doivent, coûte que coûte, esquisser une nouvelle espérance, un nouvel horizon. Il n’y a plus aucune autre alternative à cela. L’heure est grave et l’Algérie ne peut plus attendre". Un édito qui ressemble aux posts défoulatoires sur Facebook.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article