Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Alger

Chahira Cheref , dans la Tribune "Contrairement aux autres ramadhans, la flambée des prix n’a pas été au rendez-vous, le premier jour du mois de jeûne. Le marché des fruits et légumes affiche des prix raisonnables et à la portée des différentes catégories de la société. Le marché des fruits et légumes affiche des prix raisonnables et à la portée des différentes catégories de la société. «Je viens de sortir du marché. J’ai fait mes achats et je rentre chez moi. J’ai remarqué que tous les légumes sont disponibles et affichent des prix qui arrangent le citoyen. Les étals sont bien fournis et la qualité au rendez-vous», relève un citoyen, la soixantaine, rencontré aux alentours du marché Mohamed Bougherfa (ex- marché Tnach) à la commune de Belouizdad."

Constantine 

A. Mallem écrit : "Face à l'abondance et à la clémence des prix des produits de large consommation, au 2ème jour du mois de Ramadan, les citoyens de la ville de Constantine sont agréablement surpris et prient le ciel pour que cela dure pour tout le mois de carême. «Rahmet Rabbi !», n'ont cessé de clamer, ravis, ces derniers que nous avons rencontrés, hier matin, au marché Boumezzou. «Il y a longtemps qu'on n'a pas vu une telle abondance de produits et des prix aussi réguliers que cette année», a témoigné aussi un vieux portant dans les mains deux sachets pleins de provisions qu'il venait d'acquérir sur les étals des marchands des fruits et légumes et chez les bouchers du marché. Le poulet qui était monté jeudi et vendredi à 320 dans les marchés et à 370 chez les bouchers et vendeurs des quartiers, est redescendu à 270 dinars.

Oran

J.Boukraa note : " En ces premiers jours du mois sacré on s'attendait, comme il est de coutume, à la hausse des prix sur le marché des fruits et légumes. Mais contrairement aux années précédentes les prix sont restés stables. Au deuxième jour, lors d'une virée effectuée, hier, au niveau de marchés, notamment celui de Boulanger et El Hamri, nous avons, en effet, constaté que les prix des produits de première nécessité n'ont pas changé. «L'abondance de la production de certains légumes ayant coïncidé avec ce mois a largement contribué à la stabilité des prix», dira un vendeur de légumes au marché populaire d'El Hamri, et d'ajouter «lorsque le détaillant achète à des prix raisonnables auprès des mandataires au marché de gros, il vend à des prix raisonnables. Il n'y a pas de raison pour augmenter les prix au niveau des marchés si l'offre répond à la demande».

 

Commenter cet article