Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les états d'âme d'un « moudjahid du clavier».

"J'ai 61 ans. Et depuis que je suis en âge de voter, je ne l'ai fait qu'une fois", confie un des éditorialistes du quotidien La Tribune. Comme ses confrères, il dispose sur Facebook d'un créneau pour exprimer ses états d'âme. La veille de cet aveu d'abstentionnisme chronique, il analysait "sérieusement" le résultat des élections.

"Les résultats sont également plus ou moins en adéquation avec une culture électorale qui a ancré le vote légitimiste dans le pays". Noureddine Khelassi précise : "Une culture qui imprègne fortement la société, même si l’abstention est généralement une tendance lourde. Ce qui explique, manipulation des chiffres ou pas d’une consultation électorale à l’autre, le fait que les partis traditionnels du pouvoir soient toujours les vainqueurs des scrutins successifs".

Les législatives 2017 sont donc "normales". Mais quel sens donner à l'abstention et au vote nul vraiment anormaux cette année? 

" En démocratie comme en autocratie, il y a une vérité permanente : les absents ont toujours tort. On peut dire encore que les abstentionnistes sont une force d’impuissance même si par ailleurs elle peut faire du bruit sur les espaces virtuels de l’Internet".

"Je ne suis rien"

Voici ce que l'éditorialiste poste sur Facebook.

"J'ai 61 ans. Et depuis que je suis en âge de voter, je ne l'ai fait qu'une fois. En décembre 1991. Mon bulletin est allé au FFS parce que c'était Ait Ahmed. Pour autant, mon statut personnel d'abstentionniste durable ne signifie rien, sauf des choses qui ne concernent que moi. Et elles n'ont de sens que pour moi. Même pas pour les miens. Il ne fait pas de moi un type plus intelligent qu'il ne l'est d'habitude, ou moins bête. Encore moins un héros. Un héros, tu parles Charles, et khazzgatt aurait dit le poète kabyle inconnu ! La seule conscience que j'aie de mon statut personnel d'abstentionniste systématique, c'est que je ne suis rien, walou, ulach, hattchi, zéro plus zéro, multiplié par zéro, moins zéro et divisé par zéro. Bref, le vide dans un cercle vide.

Et la conscience, plus aiguë encore, que j'ai de ce statut inutile, c'est mon impuissance. Je me dis alors que l'abstention électorale est une somme ou même une multiplication des impuissances individuelles. Enfin, mon statut d'abstentionniste solitaire, qui n'est en rien une valeur politique ajoutée, m'interdit d'insulter ceux qui votent. Il ne m'autorise pas donc à insulter leur intelligence, leur conscience et leur dignité, de même que leur sens propre du patriotisme. Mais je suis conscient d'une chose : ce ne sont pas des connards comme moi, Moudjahid du clavier dans l'espace virtuel qui changeront quoi que ce soit, c'est à dire radicalement. L'abstention systématique a peu de chance de changer le Système. Seul le peuple sera un jour en mesure de le faire concrètement. Et au sein de ce peuple, il y a naturellement ceux qui votent, ou du moins une partie d'entre eux. Et là, khouya Mohamed Adjou Êl Djebbahi, en disant cela, je ne fais que prêcher en fin de comptes pour ma propre paroisse. Et je le répète encore à bon entendeur, je n'usurpe ici aucune fonction de porte-parole. Et comme l'a dit Boubagra Allah Yerrahmou : "tigoul ou tigoul pas, si tigoul pas, tant pis". Noureddine Khelassi Facebook

 

Commenter cet article