Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Quel rôle a joué cette initiative médiatique? Ce matin, deux chroniqueurs répondent sous des angles opposés : elle a été utilisée par le pouvoir pour faire diversion selon Abed Charef, elle a créé une mode contagieuse, selon Maamar Farah.

Authentique et sincère, juge Maamar Farah

"Les Algériens ont suivi les élections françaises et, quand ils ne l’ont pas fait, ils ont mis en ligne des postcads de Youtube qui ont pulvérisé les records d’audience et créé la mode contagieuse du «Mansotiche». Quelques minutes d’images authentiques et la sincérité d’un parolier ont pu faire le poids et même l’emporter face au puissant système de persuasion pour le vote ! (...) Il y a un passage qui m’a marqué dans cette petite merveille d’œuvre vidéo nommée «Mansotiche !». C’est quand, à la fin, le rappeur s’adresse à l’Algérie et lui dit qu’il n’est pas dans son intention de créer le chaos pour la détruire… Car il l’aime autant que les autres. La seule différence est qu’il est dans la lignée des rebelles qui se sont levés un jour contre l’injustice et l’oppression…" Le Soir d'Algérie.

Mansotich joue le rôle de Barakat, affirme Abed Charef

"Le pouvoir a aussi montré sa capacité de récupérer ce qu'il ne peut maîtriser, pour le détourner à son profit. En 2014, le mouvement Barakat avait servi de point de fixation. Il avait permis au pouvoir de dire au monde que, tous comptes faits, la contestation était libre, mais la seule contestation qu'il devait affronter était celle d'un petit groupe d'agitateurs, sympathiques mais sans ancrage.
Le phénomène « mansotich » a joué le même rôle pour les législatives du 4 mai. Il a suffisamment attiré les regards pour que l'Algérie, et le monde, se détournent du reste : l'indigence politique du pouvoir, son incapacité à faire face à la crise, le verrouillage politique entre deux votes, la pauvreté affligeante de la campagne électorale, l'élimination de toute alternative crédible avant le vote". Le Quotidien d'Oran

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article