Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

«Ya doula mani chiyate, mani khellat (…) H’na enhabou lebled»

Par Mustapha Benfodil, 29 mai 2017

C’est officiel, on vient de nous retirer l’autorisation de tournage de “Nass stah”... Un coup fatal à la liberté d’expression.» Le message est de Kamel Abdat, l’une des têtes d’affiche de la fameuse émission satirique «Nass Stah» (ex- «Jornane El Gosto»). Il l’avait posté sur son compte Twitter le 23 juin 2016.

Ce jour-là, des officiers de la Gendarmerie nationale avaient débarqué dans les studios de l’émission, alors diffusée sur KBC, et l’avaient brutalement suspendue pour une histoire d’autorisation de tournage. Un autre programme phare de la chaîne, l’émission «Ki H’na Ki Nass» présentée par Mustapha Kessaci, subissait le même sort.

Dans la foulée, Mehdi Benaïssa, alors directeur de KBC et de la société Ness Prod, Ryad Hartouf, directeur de production, et Nora Nedjaï, sous-directrice au ministère de la Culture, sont placés sous mandat de dépôt. Ils seront libérés après 25 jours de détention abusive et condamnés à des peines de prison avec sursis. Près d’une année après cette affaire, l’émission «Nass Stah» revient, au grand bonheur de ses fans, cette fois sur Echorouk TV.

Par le truchement de notre ami Nabil Asli, nous avons pu assister au tournage de l’émission à quelques jours du début du Ramadhan, poussés par la curiosité de voir de plus près le making of de l’un des programmes les plus populaires du paysage audiovisuel DZ.

F’tour sur le plateau

C’est dans un studio situé à quelques encablures de la station de métro Haï El Badr que l’émission est enregistrée. L’équipe, dirigée par le metteur en scène et scénariste Abdelkader Djeriou, est au complet. Outre Nabil Asli alias Bahlito, le présentateur déluré, on retrouve dans la distribution : Moufida Addès (alias Hadda El Guelmia), Kamel Abdat (Dahmane, le reporter un peu fada), Wassyla Mokrane (Capsula), Mohamed Khassani («El Bandit» ou encore Abou Obeida), et le caméléon Nassim Haddouche dont on a pu mesurer le talent d’imitateur. Sans oublier bien sûr Mourad Saouli qui revient cette saison dans la peau d’un cerbère ombrageux et non moins loufoque.

Le moins que l’on puisse dire est que nos joyeux lurons sont gonflés à bloc, débordant de bonne humeur et prêts à tout casser. A noter que les épisodes sont filmés au jour le jour. Les répétitions se déroulent l’après-midi, et le tournage se fait après le f’tour, jusqu’à pratiquement l’heure du s’hour. «On mange tous ensemble sur le plateau.

On regarde l’épisode du jour à la télé, on fait notre autocritique, après on tourne jusqu’à 3h du matin», indique Moufida Addès. Malgré ce rythme de fous, Moufida est exaltée. Elle n’est guère contrariée à l’idée de partager le f’tour avec ses collègues farceurs plutôt qu’autour de la table familiale à Guelma, auprès de son fils. Une situation que vivent, au demeurant, tous les membres de l’équipe qui en sont à leur sixième Ramadhan loin des leurs.

Des cellules de prison sur le «stah»

«Nass Stah», qui s’inscrit dans la continuité de Jornane El Gosto, est, faut-il le rappeler, un programme satirique construit comme une parodie de journal télévisé, un JT politiquement incorrect et complètement décalé. «Pour nous, le stah est un espace métaphorique aux dimensions de l’Algérie. C’est une petite terrasse que se partagent des personnes qui ont décidé de faire un JT à leur manière, un JT sans langue de bois. Cette année, on a modifié un peu l’espace. On a aménagé des cellules sur la terrasse», explique Abdelkader Djeriou (voir entretien).

De fait, dans le décor, on note d’emblée ce changement. Du fil barbelé cerne la terrasse. Des caméras de vidéosurveillance sont plantées un peu partout (à titre parodique fort heureusement). Le baril de couleur mauve qui sert habituellement de pupitre à Bahlito est toujours là. Mais Bahlito, lui, est derrière les barreaux, de même que tous les autres membres de la communauté du stah. Ils sont répartis sur trois cellules qui se signalent par de petites fenêtres barreaudées et des portes cadenassées. Les détenus du stah n’ont droit qu’à 20 minutes de «récré». C’est aussi la durée de chaque épisode.

On comprend d’emblée que nos tendres trublions n’entendent faire aucune concession quant au caractère irrévérencieux qui est la marque de fabrique de l’émission. En témoigne cet hymne aux airs de chant de supporters scandé à l’unisson sous la conduite du maestro Kader Djeriou : «Houriya mi amor/Ya echiyate I am sorry/ L’Algérie h’naya enhabouha/Jamais la enkhelouha/ Manache sektine/Ya bladi hobek fi galbi/Welli ikhounek wekilou Rabbi/Kelmat el haq hna engoulouha/Welli bghitou dirouha/Maranache khayfine» (Liberté mon amour/Hé, le lèche-bottes, je suis désolé pour toi/ L’Algérie, on l’aime/ Jamais on ne l’abandonne/On ne va pas se taire/ Mon pays, tu es dans mon cœur/ Maudit soit celui qui te trahit/Nous dirons toujours la vérité/Faites ce que vous voulez/Vous ne nous faites pas peur !)

Une autre séquence donne un avant-goût de la sauce à laquelle seront mangés nos pauvres gouvernants durant ce Ramadhan. Il y est question de la dernière consultation électorale, thème abordé dès le premier numéro. A la clé, un clin d’œil hilare aux injonctions comiques d’un Sellal décidément imbattable dans le registre de «l’humour institutionnel». Dans un sketch, on voit ainsi Hadda s’acharner à traîner son mari au bureau de vote. Moufida Ismahane Addès nous confie qu’elle avait été approchée au même titre que d’autres membres de la troupe pour participer à des clips promotionnels des élections législatives contre des sommes mirobolantes. «Nous avons tous refusé», martèle fièrement la comédienne. Leur popularité leur a valu également d’être dragués par des partis et des candidats pour appuyer leurs listes électorales. Là aussi, leur réponse était un niet catégorique.

«à ce train, on va finir sur National Geographic»

Malgré la pression qui pèse sur le programme, l’équipe n’est pas stressée le moins du monde, surtout qu’il s’agit, apprend-on, de la dernière saison de «Nass Stah» d’après Kader, après six ans de bons et «joyeux» services. «Comme c’est la dernière saison, nous voulons prendre du plaisir et tâcher de profiter au maximum de chaque moment», résume Wassyla Mokrane.

L’émission avait commencé sous le titre «Jornane El Gosto» au RamadHan 2012 sur la chaîne El Djazaïria TV. Elle a été créée à l’initiative des fondateurs de la chaîne, Riad Rechdal et Karim Kardache. C’était une émanation naturelle de l’émission Kahwate El Gosto, animée par Nabil Asli. Comme le souligne Nabil (voir interview), quasiment tous les comédiens qui seront pris dans le casting du JT satirique s’étaient illustrés au cours des stand-up télévisés diffusés dans «Kahwate El Gosto». La grande majorité d’entre eux viennent du théâtre. Nabil Asli est diplômé de l’ISMAS (Institut supérieur des métiers des arts du spectacle et de l’audiovisuel) de Bordj El Kiffan. Il s’est fait tout de suite remarquer par ses prestations de grande qualité sur les tréteaux avant d’enchaîner les films, avec, à chaque fois, des rôles de composition, des personnages complexes incarnés avec virtuosité.

Moufida Addès a commencé en 1996 dans une association de théâtre amateur à Guelma avant de passer dans le théâtre professionnel. Elle a même payé de sa poche une formation en Jordanie en 2001 afin de parfaire sa pratique vocale. Kader Djeriou, le brillant metteur en scène, affiche, à 32 ans, un background exceptionnel. Il a débuté dans le théâtre universitaire à Sidi Bel Abbès. Sur le plan académique, il s’était lancé dans des études de génie civil avant de bifurquer vers des études d’arts dramatiques à l’ouverture de cette filière à l’université de Sidi Bel Abbès. Il a même soutenu un doctorat d’Etat en arts dramatiques. Il a intégré entre-temps la troupe professionnelle du théâtre régional de Sidi Bel Abbès et a déjà un beau répertoire à son actif, entre interprétation et mise en scène.

Après trois saisons sur El Djazaïria TV, le programme a migré vers KBC pour deux saisons houleuses, marquées déjà en 2015 par une sévère mise en garde de l’ARAV symptomatique d’un agacement en haut lieu, de la part, qui sait ? de «moul stah» himself ou de «khou moul stah» (le frère du propriétaire de la terrasse) perché sur sa tour de contrôle… Aujourd’hui, la voici donc sur le bouquet Echorouk, ce qui arrachera à Kamel Abdat cette boutade décapante : «A ce train, un jour on va atterrir sur National Geographic», s’esclaffe-t-il.

A ceux qui, par manque d’imagination, mettraient en doute leur patriotisme, Bahlito & Co. répondent par ce refrain devenu culte :

«Ya doula mani chiyate, mani khellat (…) H’na enhabou lebled» (Je ne suis ni un cireur de pompes ni un fauteur de troubles (…) Nous chérissons notre pays). Les Hommes !...

Source : El Watan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article