Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Michel Seymour est professeur au Département de philosophie de l’Université de Montréal. Photo DR

Michel Seymour est professeur au Département de philosophie de l’Université de Montréal. Photo DR

Par Michel Seymour, 30 mai 2017

Le Devoir a fait paraître le lundi 29 mai un texte d’André Lamoureux, « politologue » à l’UQAM, sous le titre « Québec solidaire enclave du gauchisme et allié de l’islamisme ». L’article est rempli de slogans agressifs dirigés contre certaines personnes. Le discours est à ce point inconvenant que j’ai hésité à le commenter. Le texte contient tellement de propos islamophobes que l’on comprend pourquoi l’auteur ne voit pas d’islamophobie du tout. C’est qu’elle est partout présente dans son article et banalisée comme si c’était une réaction normale face à une invasion inventée de toutes pièces.

Les islamistes nous envahissent !

Les réactions de certains ne doivent pas être confondues avec de l’islamophobie car, voyez-vous, le danger serait bel et bien « réel ». Nous serions menacés par les salafistes et wahhabites qui cherchent à envahir notre société. Le propos de Lamoureux s’ajoute donc à ceux de Djemila Benhabib (l’islam politique est à nos portes), Bernard Drainville (c’est la charte ou la victoire des intégristes), Poste de veille (la charia est en train de s’implanter chez nous), Fatima Houda-Pepin (les mosquées sont des lieux de radicalisation salafiste) et Christian Rioux (nous vivons le choc des civilisations).

Cette paranoïa xénophobe, une fois engagée, ne peut être stoppée sur sa lancée. Le complot rôde partout et, quand l’auteur ne se laisse pas aller à de l’élucubration paranoïaque, il se livre à de l’invective ad hominem. À la racine du problème : le multiculturalisme et bien entendu QS qui est, comme chacun sait, infiltré par des agents de l’Arabie saoudite.

Des coups de gueule inutiles

Il faut certes distinguer la charte des valeurs du PQ (catholaïque), le discours de certaines personnes qui tiennent des propos islamophobes pour la défendre, et les réactions carrément racistes qui surgissent dans les tribunes téléphoniques, sur les réseaux sociaux ainsi que dans la rue. On passe alors du repli identitaire à la peur, puis à la haine. J’ai proposé de faire ces distinctions dans trois articles du Huffington Post (« Chronique d’une dérive annoncée : Catholicité, islamophobie et racisme » I, II, III). Ces nuances sont étouffées par les coups de gueule et les phrases assassines dont son texte est truffé. Le ton monte au point d’effacer toutes les distinctions et d’écraser les voix minoritaires discordantes. L’important est de parler plus fort.

Des nuances sont pourtant possibles

On peut être favorable à une charte de la laïcité, vouloir même qu’elle soit constitutionnalisée avec nos autres chartes, et être favorable à la souveraineté du Québec. Mais cette charte doit être inclusive et elle doit permettre les signes religieux chez les employés de l’État. Nos enjeux identitaires sont réels et ne doivent pas être éludés, mais ils doivent être pris en charge par des principes constitutionnels raisonnables exprimant un nationalisme civique et non un nationalisme conservateur. La souveraineté doit nous ouvrir sur le monde et non être fondée sur un repli identitaire qui s’appuie sur la France et se sert de ce pays comme seul modèle. On peut être favorable à la mise sur pied d’un observatoire sur la radicalisation, mais cet observatoire doit en même temps se pencher sur le racisme systémique qui est présent chez des employeurs, des corps policiers, des médias, des corporations professionnelles et des citoyens.

On peut être favorable à une commission sur les accommodements au service des citoyens, mais cette commission doit instruire la population et non relayer les préjugés. On peut critiquer le multiculturalisme, mais il faut défendre l’interculturalisme, (i) conçu comme impliquant une reconnaissance réciproque entre le peuple et les minorités historiques ou issues de l’immigration, (ii) comme impliquant une obligation d’intégration assumée par les citoyens et prise en charge par l’État et (iii) comme impliquant une entente sur des règles du vivre ensemble constitutionnalisées.

Le texte d’André Lamoureux ne contribue pas à faire avancer le débat. Il ne fait que reconduire les erreurs initiales qui sont à l’origine du glissement national populiste dans lequel s’est laissé entraîner le PQ. Il fut un temps où l’on s’en prenait aux « Juifs bolcheviques ». Nous voilà maintenant face à des discours visant les « gauchistes islamistes ».

Source : Le Devoir.com

Commenter cet article