Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

En matière de défense, même s’il n’a pas reconduit directement Jean-Yves Le Drian, le président Emmanuel Macron met tout naturellement ses pas dans ceux de son prédécesseur : reconduction de la « lutte antiterroriste » au Sahel et au Levant ; renforcement des effectifs et des moyens des militaires à hauteur de deux points de PIB ; maintien et des alliances et de la dissuasion nucléaire.

Par Philippe Leymarie, 19 mai 2017. Blogs du Monde diplomatique

Marque de fabrique du nouveau chef de l’État autant que stratégie électorale en vue des législatives, le panachage de soutiens politiques de centre-gauche et centre-droit permet à M. Macron de continuer à surfer sur un consensus en matière de défense et de politique étrangère. Ce consensus entre les deux grandes ailes du « système » — les « socialistes » et les « républicains » — était déjà la règle sous Hollande et même sous Sarkozy.

La préparation d’une « revue stratégique » (Livre blanc), qui devrait être bouclée d’ici la fin de cette année, et l’adoption dès l’an prochain d’une nouvelle loi de programmation militaire (LPM) devraient témoigner à nouveau de ce consensus (1), dénoncé bien sûr par les deux ailes de l’opposition, la France insoumise à gauche, le Front national à droite.

De nombreux dossiers attendent le nouveau gouvernement français, si l’on en croit Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, le directeur de l’Institut de recherche de l’École militaire (IRSEM), qui a listé pour le site en anglais War on the Rocks les dix défis « défense » de la présidence Macron :

• le financement de l’ambition de la France (les désormais fameux 2 % de PIB) ;
• l’après Sentinelle ;
• la modernisation des forces nucléaires ;
• l’offensive russe ;
• l’unité euro-atlantique ;
• le piège syrien ;
• la stabilité au Sahel
;
• la pente glissante libyenne ;
• le Pacifique ;
• le dilemme nord-coréen.

Task-force à l’Élysée

Le jeune président, qui passait pour moins expérimenté dans les domaines « régaliens » comme la défense, n’a pas manqué de multiplier le jour même de son investiture, le 14 mai, les signaux en direction des forces armées (et donc, de fait, vers l’autorité, l’ordre, la droite) :

• la remontée des Champs Elysées en « command-car » militaire ;
• l’entretien détaillé sur les dossiers urgents avec le chef d’état-major particulier, l’amiral Bernard Rogel ;
• la visite à des soldats blessés à l’hôpital Percy ;
• la tournée, le 19 mai, auprès des troupes de l’opération militaire régionale française Barkhane, au Mali.

La confirmation à la tête de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) du général Jean-Pierre Palasset (en remplacement d’un civil, le diplomate Bernard Bajolet, dont il était l’adjoint) est un autre signe en direction du monde militaire (2), de même qu’il faudra guetter les nominations prochaines à la tête de la Direction du renseignement militaire (DRM) (3) et de la Direction générale du renseignement intérieur (DGSI) (4), dont les mandats arrivent à échéance. Les militaires devraient également avoir un rôle étendu au sein de la « task force renseignement » annoncée par les macroniens, axée sur la lutte contre l’Organisation de l’État islamique (OEI) et Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), et directement rattachée à l’Elysée ; ainsi que dans les structures de cyberdéfense et cybersécurité en cours de renforcement, qui ont vocation à terme à devenir une quatrième armée, en parallèle des armées de terre, de l’air et de la marine.

Mais la continuité s’illustre surtout dans la nomination, au portefeuille des affaires étrangères cette fois, du pilier de l’ancienne équipe dirigeante, Jean-Yves Le Drian. L’ex-ministre de la défense avait également été, durant ces cinq années de présidence Hollande, le « ministre de l’Afrique », ainsi qu’au Proche-Orient et en Asie le « ministre du Rafale », et pratiquait intensément aussi les échanges à l’échelle européenne, ainsi qu’avec le Royaume-Uni, sur une ligne plus bilatérale — « Brexit » oblige. Il porte désormais le titre de « ministre de l’Europe et des affaires étrangères ».

Quant à la nomination de la centriste Sylvie Goulard au ministère des armées (et non plus « de la défense », ce qui sous-entend que la partie stratégique du travail sera pilotée par l’Élysée), elle met l’accent aussi sur les ambitions européistes de ce nouveau gouvernement : Sylvie Goulard, proche collaboratrice de l’ancien président de la Commission européenne, M. Romano Prodi, et députée au Parlement européen, ne manquera pas de tenter de faire avancer les dossiers européens qui concerneront son secteur.

Axe franco-allemand

Le rituel voyage à Berlin du président français, dès le lendemain de son investiture, outre sa portée symbolique — le rappel de la solidité du couple franco-allemand, à l’heure où l’Union européenne, dans la foulée du Brexit et des foucades du président américain Donald Trump, subit une série de craquements — comportait un volet militaire : coopération sur le terrain, au Mali comme en Irak ; coopération navale en Méditerranée et dans l’océan Indien ; échanges sur l’antiterrorisme, le transport aérien, la construction de blindés, etc.

Dans le schéma hollando-macronien, la solidité de cet axe franco-allemand conditionne une éventuelle relance de la politique européenne de sécurité et de défense commune (PESDC), plus connue comme « L’Europe de la défense », que le nouveau président français appelle de ses vœux. Lors de la présentation de ses intentions en matière de défense et de sécurité, le 18 mars dernier à Paris, il préconisait un renforcement rapide des relations bilatérales avec Berlin, avec la tenue de conseils franco-allemands de défense à un rythme régulier, ainsi que la définition d’une feuille de route commune.

Celui qui n’était encore que candidat disait alors souhaiter la mise en place d’un quartier général militaire européen « pour agir ensemble », ainsi que le lancement d’un programme européen intégrateur autour de la technologie militaire, la mise sur pied d’unités européennes d’intervention — en ayant pour tout cela recours aux « coopérations renforcées », une formule européenne qui autorise les pays les plus en pointe à prendre des initiatives.

Europe en mythes

Cependant, cette « Europe de la défense » n’a fait ses preuves jusqu’ici, ni sur le plan politique ni sur le plan technique. Est-ce parce qu’elle est minée par la dizaine de « mythes » que pointe notre confrère de Bruxelles, Nicolas Gros-Verheyde, auteur avec l’universitaire André Dumoulin d’un manuel sur la PESDC (5) ? Les voici résumés :

« Si on avait fait la CED… » — le projet avorté de Communauté européenne de défense, en 1954, ne préjugeant en rien de ce qui pourrait être fait trois générations plus tard, dans un contexte géopolitique très différent ;
• « Ma défense nationale est très efficace » — alors que la plupart des armées en Europe sont des « tigres de papier », dépendantes du parapluie américain ;
• « L’armée française est la meilleure » — alors qu’ensorcelée par ses « victoires » en Afrique , elle est elle-même au bout de ses capacités ;
• « Faisons l’armée européenne » — alors qu’il n’existe pas à l’échelle européenne de pouvoir politique fort, légitime, responsable, financé, capable d’assumer un engagement militaire avec ses pertes humaines et ses possibles erreurs ;
« Soyons pragmatiques » ou « Fixons-nous des grands objectifs » — alors que ni la politique des petits pas, ni celle des plans ambitieux n’ont été suivies d’effets ces vingt dernières années ;
« Halte à la duplication avec l’OTAN » — alors que les deux organisations, si elles jouent en partie dans la même cour, n’ont pas les mêmes capacités, les mêmes missions, etc. ;
« Sans le Royaume-Uni, on ne peut rien faire » — alors que la plupart des opérations européennes se sont passées, jusqu’ici, des armées britanniques ;
« Tout se décide à l’unanimité » — alors que les traités prévoient des actions à la carte, des coopérations « renforcées » ad hoc, d’autres « permanentes », ou « structurées », et qu’il est même possible d’agir hors cadre de l’UE ;
« La défense, c’est tous ensemble ou pas du tout » — alors que l’Europe de la défense peut se décliner en petits groupes, selon des logiques territoriales, régionales, linguistiques, politiques…;
« Dépensons 2 % du PIB et tout est réglé » — alors que tenter à tout prix de se rapprocher de ce Graal
(6) équivaut à remplir un panier percé, si ces dépenses ne servent pas aussi à engager concrètement des troupes, à se coordonner entre pays, à éviter les duplications d’équipement, à se répartir les dépenses de recherche et développement, etc.

French touch

Reste alors l’OTAN, autre Graal pour la mouvance macronienne, mais aussi pour le PS, LR… Avec le président Sarkozy, la France a réintégré son commandement militaire, boudé par le général de Gaulle. Depuis, les forces françaises se sont alignées sur les standards américains. Ce qui donne par exemple ce récit, tiré du livre de Pauline Maucort, La Guerre et après… (Les belles lettres, Paris, 2017). Nous sommes en Afghanistan en mars 2010, base Coyote. Un colonel, patron d’une cellule de soutien psychologique de l’armée de terre, témoigne :

« On a la french touch : c’est ce que disent les Américains. Pas de sous, mais des idées : avec trois bouts de ficelle, on arrive toujours à s’en sortir. Ainsi, les Apache américains volent super haut, pour éviter de se faire tirer dessus ; nos pilotes rasent le sol : faudrait pas qu’ils éternuent ! Mais quand le bruit parvient aux oreilles des insurgés, l’hélico est passé, hors de portée de leurs kalaches…

Même logique d’approche dans le rapport à la population : les Américains gardent leurs distances, s’enferment, se barricadent, ne sortant que pour se battre : ils n’ont jamais d’autres contact. Tandis que les Français sont plus proches des locaux, ont tendance à aller à la rencontre de la population, la connaître, s’en faire une alliée, et trier le bon grain de l’ivraie.

Ainsi, en 2006, les soldats français patrouillaient sans casques, à pied, dans Kaboul. Tout a changé quand la France a décidé de réintégrer l’OTAN, en 2009. Il a fallu qu’on se plie aux méthodes américaines genre Robocop : patrouilles en blindés, casqués, gilets pare-balles, lunettes noires, armes pointées sur les passants — tout le monde suspect. Et on a fini par se terrer, comme eux (7) ».

L’OTAN où, dans la continuité de la politique suivie par l’équipe Hollande-Le Drian durant le dernier quinquennat, il s’agit — comme le promettait le candidat Macron en mars dernier — de continuer à « assumer pleinement la place de notre pays », notamment dans le cadre de la coalition anti-OEI. L’alliance, disait-il alors, « est utile à la sécurité de l’Europe, notamment à l’Est ; mais elle a un rôle à jouer face aux menaces djihadistes sur le flanc sud ». Selon le général Palomeros, ancien ponte de l’OTAN, qui est un de ses conseillers défense, le président Macron a bien l’intention de soulever, au prochain sommet de l’organisation à Bruxelles le 25 mai, la question de la place de l’OTAN dans la lutte contre le terrorisme, à travers par exemple un meilleur partage du renseignement. Le petit Français fera connaissance avec le considérable Donald Trump, parrain de ladite OTAN…

NOTES

(1) À l’approche des législatives, le parti Les Républicains a présenté sous l’égide de François Barouin un programme « soft » en matière de défense qui recoupe pratiquement celui d’Emmanuel Macron : nouvelle revue stratégique, loi de programmation militaire, objectif budgétaire des 2 % du PIB, modernisation des deux composantes de la force de dissuasion nucléaire, décision sur la construction d’un second porte-avions.

(2) Il faut remonter à 1987 pour retrouver un militaire à la tête de la DGSE.

(3) Qui accompagne les opérations militaires, notamment extérieures.

(4) Qui mélange une partie des anciens renseignements généraux (RG) et l’ex-direction de la surveillance du territoire (DST).

(5) « La politique européenne de sécurité et de défense commune », préface de Federica Mogherini, B2/Editions du Villard, 2017, 490 p, 52 €.

(6) Voir, sur ce blog, la série consacrée au « talisman des deux points de PIB », « Donald Trump, l’OTAN et les passagers clandestins » et « L’Europe sans voix face à Trump ? ».

(7) Il est vrai qu’à partir de ces années, les soldats américains comme français ou autres faisaient face à la multiplication d’attentats-suicide, et à l’utilisation fréquente d’explosifs improvisés (IED).

Source : Défense en ligne

 

 

Commenter cet article