Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Par Saoudi Abdelaziz*, 24 avril 2017

Après plusieurs semaines d'une opération médiatique intense en faveur de la polarisation utile, trois millions d'électeurs supplémentaires ont décidé de couper le son. Ils ont préféré élargir le noyau citoyen insoumis qui exige la refondation par le peuple du rôle des institutions républicaines.

En 2017, 7 millions d'électeurs (6 972531) ont choisi la France Insoumise avec Mélenchon. En 2012, ils étaient 4 millions (3 984 822) à avoir choisi le Front de gauche toujours avec Mélenchon.

La campagne électorale de la France insoumise a choisie d'opter pour la recherche commune des moyens et programmes pour sortir son pays de l'ornière. Combinant une nouvelle forme de "meetings intelligents" et les innombrables échanges locaux, la campagne a permis d'accumuler un large capital programmatique qui servira de nouveau tremplin à la France insoumise

La campagne a permis d'accélérer la mutation qualitative du concept électoral d'union de la gauche. Ni arrangements entre appareils et carrières partisanes, ni rassemblement bonapartiste, mais la fusion librement assumée de volontés et d'amitiés fortes venant de tous côtés, partageant la même tension vers une refondation républicaine protégeant le pays contre la dictature du capital mondialisé.

On a noté le départ -vite oublié- de quelques apparatchiks, personnages désoeuvrés en quête d'auteur depuis leur auto-décommunisation, ou leur lassitude du credo écologie. Ils sont partis proposer leurs éminents services en échange de petits rôles dans le spectacle macronien. C'est une des bonnes nouvelles de la campagne. Délestage.

Une dynamique nouvelle a été engagée vers la reconquête démocratique de l'espace politique français. Elle sera amplifiée au cours des prochaines campagnes électorales.

Au cours de cette campagne présidentielle 2017, une certaine manière d'échanger les informations, les idées et les propositions a permis la première grève anti-médiatique de masse. Les grands médias oligarchiques affublent de l'étiquette populiste -qu'ils jugent infamante-, l'irruption sur une vaste échelle de cette ère du soupçon qui met en cause leur hégémonie: "On produira nous même les informations sur ce qui se passe et on les commentera nous-mêmes".

*Ressortissant algérien en France depuis 1984, sans droit de vote, sinon aux élections prudhommales. Sympathisant du Parti communiste français.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article