Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Assassinat de Ali Mecili : "l'ascendant définitif des officines sécuritaires"

Extrait de l'article de Omar Benderra intitulé "Ali Mécili 7 avril 1987- 7 avril 2017 : L’ineffaçable présence politique du militant assassiné".

"Le meurtre d’Ali Mécili inaugure une phase de ruptures brutales du statu quo illégal établi au lendemain du putsch du 19 juin 1965. À la fin des années 1980, les officines « sécuritaires» prennent un ascendant définitif sur l’ensemble des appareils de pouvoir. En cette année 1987, l’Algérie est à la veille d’une plongée violente dans la déstabilisation et, après une éphémère lueur d’espoir démocratique, dans le carnage et la décomposition.

En faisant assassiner Ali Mécili, les appareils qui conduisent l’Algérie vers le désastre ont voulu annihiler à la racine le front politique qu’Hocine Ait-Ahmed souhaitait construire, en fédérant les forces démocratiques à l’intérieur et à l’extérieur du pays sur une plateforme commune pour l’instauration d’un État de droit.

Ceux qui ont dirigé la main du tueur avaient reconnu les capacités d’organisateur et de pédagogue politique d’Ali Mécili. Ils ne se sont certes pas trompés dans leur évaluation de l’action et les qualités de l’homme. Mais si les décideurs de la mort pensaient qu’en tuant le militant des droits de l’homme ils tuaient l’idée de résistance populaire à l’arbitraire, ils ont fait fausse route".

Source : Libre-Algérie

Commenter cet article