Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Enterrement du Cheikh Abdelhamid ben Badis à Constantine. Photo DR

Enterrement du Cheikh Abdelhamid ben Badis à Constantine. Photo DR

Miné par la maladie, Abdelhamid Ben badis meurt prématurément le 16 avril 1940 à Constantine, sa ville natale. Alors que la seconde guerre mondiale faisait déjà rage, aggravant les préoccupations de chacun, cette mort ne passa pas inaperçue. En effet, plus de 20000 personnes assistèrent à ses obsèques qui prirent l’aspect d’une gigantesque manifestation d’adhésion des masses populaires aux principes humanistes, anticolonialistes et démocratiques qui ont guidé la vie et inspiré l’œuvre de ce grand combattant algérien.

Toute une vie au service de la liberté et du progrès

UN HOMME DE PENSÉE ET D’ACTION

(Première mise en ligne sur le blog, le 17 avril 2013)

Abdelhamid Ben Badis BEN BADIS est né le 5 décembre 1889 à Constantine d’une famille de vieille bourgeoisie citadine.

Après des études coraniques à la zaouyya Aissaoua, il part en 1908 pour Tunis où il poursuit ses études à l’Université Zeïtouna jusqu’en1911. C’est à la Zeïtouna où il prend contact avec des 0ulama et des patriotes tunisiens qu’il s’éveille à la conscience nationale. Cet éveil est soutenu par des motivations telles que : l’histoire da l’Algérie, la situation de la langue arabe et de la religion etc...

En 1922, il part en pèlerinage à la Mecque, puis voyage à Médine, Damas, Le Caire, rencontre des Oulama de ces pays avec qui il a des entretiens et des débats.

En 1913 pénétré des idées de la Nahdha et de l’enseignement des cheikhs Abdou et Djamal Eddine El Afghani, Abdelhamid Ben Badis retourne an Algérie.

À Constantine, les premières prédications religieuses du jeune Ben Badis rencontrent une relative audience auprès des couches populaires mais se heurtent à une violente réaction de la bourgeoisie locale et de l’Administration coloniale.