Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

"Les médias tout comme les réseaux financiers ont vite compris l'intérêt de soutenir Macron qui, au final, est devenu leur candidat», expliquent deux journalistes algériens travaillant en France cités  ce matin dans un article de L'Expression. Pourtant, la rédaction du quotidien choisit ce titre : "Emmanuel Macron, l'homme qui séduit les Algériens de France".

Le candidat des réseaux financiers...

On peut lire dans cet article de L'Expression :

"Pour les journalistes installés en France, le succès de la candidature de Macron trouve son explication dans l'intérêt manifesté, voire le soutien des cercles de la finance et des médias. Le journaliste Mrizek Sahraoui estime qu'«au lancement de son projet, Macron paraissait n'avoir aucune chance. Par conséquent, il me semble peu probable que les réseaux financiers aient pu se risquer à une candidature qui avait peu de chance d'aboutir. Les médias tout comme les réseaux financiers ont vite compris l'intérêt de soutenir Macron qui, au final, est devenu leur candidat.» Un autre journaliste, Hamid Arab, abonde dans le même sens. «A l'annonce de sa candidature, il a bénéficié d'une large couverture médiatique, qui peut s'expliquer par la puissance de son réseau et son entregent quand il était ministre», relève-t-il."

... de "l'opérateur économique"

La masse des électeurs d'origine algérienne est-elle séduite par le candidat des réseaux financiers comme le suggère effrontément le titre de l'Expression ? A l'appui de cette affabulation, le journal fait certes parler une "directrice d'Investissement et de management", "un professeur honoraire", une "enseignant à Paris". Et, pour clore ce panel très représentatif de notre communauté, il nous présente Smail Berradj un "opérateur économique"* "qui ne se gêne pas d'afficher son soutien" à Macron, et qui  explique ainsi ce soutien :

"Il est contre la bureaucratie à l'origine des stagnations économiques surtout. Je pense que le candidat Macron pourra introduire un nouveau et jeune personnel politique et sortir des vieux schémas.»

... et de Fattani-FOG

Le jeune loup partage l'avis de Franz Olivier  Giesbert qui écrit dans Le Point: "À peine arrivé en politique, ce jeune homme de 39 ans semble déjà élu. Il est comme Moïse  : une mer s'ouvre devant lui". Sachant la manière dont fonctionne l'Expression, il est très probable que le directeur du journal Ahmed Fattani, le "capitaine au long court" qui "partage les valeurs" de "Franz Olivier Giesbert, le Don Juan de la presse française", a comme son modèle choisi de soutenir Emmanuel Macron.

Source : L'Expression

*Dictionnaire économique : "Le terme « opérateur économique » couvre à la fois les notions d’entrepreneur, fournisseur et prestataire de services.

Commenter cet article