Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Bientôt la 20ème Tripartite. Mais, le secteur privé reste toujours verrouillé contre les syndicats. Photo DR

Bientôt la 20ème Tripartite. Mais, le secteur privé reste toujours verrouillé contre les syndicats. Photo DR

Ouvrir le secteur privé aux syndicats, ne pas mélanger action syndicale et action partisane. Deux responsables syndicaux, l'un de l'UGTA, l'autre de l'intersyndicale autonome ouvrent le débat.

"Le secteur privé est verrouillé"

"Le schéma est clair aujourd’hui, affirme Amar Takjount, président de la fédération UGTA des textiles et cuirs. Les syndicats autonomes sont plus présents dans les secteurs de la Fonction publique, mais nous y sommes aussi. On partage avec eux cette corporation, comme l’éducation, l’enseignement et la santé.

Par contre, nous sommes majoritaires et plus présents dans le secteur économique public, mais c’est le secteur économique privé qui est verrouillé, où nous sommes à un degré faible, alors que les syndicats autonomes sont inexistants. Et pourtant, la loi le permet ! des conventions ont été pourtant signées suite à la dernière tripartite entre les organisations patronales et la centrale. L’accord de principe a eu lieu, mais nous ne sommes pas arrivés à un résultat. Rien n’a abouti. Nous sommes donc dans une période d’apprentissage par rapport à cette nouvelle donne, d’où le lancement d’une réflexion au niveau de l’UGTA sur la réforme syndicale. Autrement dit, étant donné, la conjoncture politique, économique et sociale a changé, la méthode d’une défense syndicale doit aussi être modifiée. Nous devons changer de priorité".

Gare au feu qui fait mal!

"Certes, nous sommes en tant que syndicats autonomes en concurrence avec l’UGTA mais pas avec l’objectif de neutraliser la centrale syndicale ou d’annihiler son fonctionnement Lyes Merabet (...). S’il est en effet admis, aujourd’hui, que les organisations syndicales autonomes sont largement représentatives du secteur de la Fonction publique, il n’en demeure pas moins important de souligner le fait que beaucoup de difficultés et d’entraves subsistent pour la création de syndicats autonomes dans le secteur économique public, et je cite les cas de la douane, la poste et Sonelgaz... où des délégués syndicaux ont été tout simplement licenciés.

Les syndicats autonomes ne sont pas que dans la Fonction publique, mais c’est dû au fait que dans ce secteur, on s’est imposé alors que pour d’autres secteurs, cela s’est avéré plus difficile. C’est une question de temps. Une situation appelée à évoluer, à condition que l’activité syndicale arrive à s’émanciper de l’action politique partisane et de l’ingérence de l’administration dans le fonctionnement des syndicats. A trop se rapprocher du feu, on risque de se faire mal, comme dit l’adage."

Commenter cet article