Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Justin Raimondo : « Les normes de Freedom House sont élastiques". Photo DR

Justin Raimondo : « Les normes de Freedom House sont élastiques". Photo DR

le quotidien Liberté titre ce matin "Freedom House : “L’Algérie n’est pas un pays libre” . De son côté  l'Expression met à la une : "Pour l'équipe du président Trump, l'Algérie, c'est du solide" reprenant un document jugé élogieux du département d'Etat.

 Freedome House, filiale de l'Etat américain

 Freedome house n'est pas une simple ONG qui décerne les bons et les mauvais points. Elle entend intervenir dans les pays visés, tout en assurant  être indépendante et ne pas signer de "contrat" en échange des fonds fédéraux qui financent à 75% son budget. Elle reçoit aussi de l'argent de la fondation du  milliardaire Soros, un de ses partenaires dans l'opération Révolution Orange, en Ukraine.

Parmi les membres du conseil d'administration de l'Ong, longtemps dirigée par James Woolsey un ancien patron de la CIA, Wikipedia cite d'importants concepteurs de la stratégie mondiale américaine, qui inspirent Donald Trump : Samuel Huntington, Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, Jeane Kirkpatrick, Zbigniew Brzezinski.

 Liberté nous assure que Freedome "évalue, chaque année, les pays suivant les critères de la Déclaration universelle des droits de l’Homme". le progressiste américain Justin Raimondo cité par Wikipedia n'est pas de cet avis: « Les normes de Freedom House sont élastiques, et se plient aux ordres de la politique extérieure des États-Unis ». Wikipedia mentionnent que pour d'autres chercheurs comme Noam Chomski, "l'organisation critiquait particulièrement les États opposés aux intérêts américains tout en étant complaisante avec les régimes soutenant les intérêts américains". Le Maroc est "presque libre" estime le dernier rapport de l'ONG.

 

Commenter cet article