Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Aït Ahmed aux élections legislatives de 1991. Photo DR

Aït Ahmed aux élections legislatives de 1991. Photo DR

Les prochaines élections "ne constituent pas en elles-mêmes la solution au marasme" vécu par le pays. L'objectif central de la campagne électorale affirmé par les dirigeants du FFS, ce samedi, est de faire avancer parmi les citoyens la compréhension de la démarche du parti, d'imposer "un discours politique différent" fondé sur "vision des citoyens de la chose politique".

C'est l'orientation donnée samedi aux militants rassemblés à Tizi-Ouzou, par le premier secrétaire national du Front des forces socialistes. Pour lui, l'objectif principal n'est pas de "rafler un maximum de sièges, mais plutôt de se rapprocher des citoyens, des espaces syndicaux et associatifs et faire entendre la voix du consensus national". Il s'agit pour les militants "d'occuper et exploiter tous les espaces qui seront ouverts dans le cadre de la campagne électorale où nous y seront en force pour imposer un discours politique différent basé sur un dialogue qualitatif, sur l’étique et sur le respect de l’autre".

Rappelant qu'il s'agit de la première compétition électorale menée après le décès du leader historique Hocine Aït Ahmed, le premier secrétaire national du FFS affirme : "Nous devons honorer nos engagements et les promesses que nous avons fait à ce grand homme et se rappeler à chaque fois que l’intérêt du FFS est au-delà de toute autre considération ou ambition politique".

Abordant des scènes de violence ayant marqué dernièrement certaines régions du pays, le responsable de cette formation politique a préconisé la vigilance tout en mettant en garde contre "la manipulation et les tentatives de déstabilisation, à travers l’instrumentalisation des revendications citoyennes pour servir des intérêts douteux".

"Rendre espoir aux Algériens"

Pour Ali Laskri un des membre l’instance présidentielle du FFS la participation électorale   vise "rendre espoir aux Algériens" et en même temps d’amener les gouvernants à " aller vers la mise en place d’un consensus national en tous points de vue". Au cours d'une rencontre militante à Aïn Defla, il a affirmé que la participation militante à ces élections peut contribuer à changer la "vision des citoyens de la chose politique". Il explique que "le souci du parti de créer une dynamique visant le changement à même d’instaurer les libertés démocratiques et la justice sociale".
Ce qui selon lui exclut toute forme de violence "qu’elle qu'en soit la nature", car "en ces temps d’incertitudes, le pays a d’avantage besoin de sérénité et de stabilité."
Pour ce dirigeant du FFS, l'engagement des militants dans la prochaine campagne électorale, est une opportunité pour faire avancer la compréhension de la démarche du parti pour le règlement des problèmes vécus par le pays. Cependant,  les prochaines élections "ne constituent pas en elles-mêmes la solution au marasme" vécu par le pays.
Source :
Page Facebook du FFS

 

Commenter cet article