Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Un jugement prononcé à Constantine, jeudi dernier, ordonne de mettre fin à une grève sur un chantier de voirie. L'aménagement d'une rue est déclaré "d'utilité publique", et on ne doit donc pas empêcher le respect des délais. Ce sera le futur article 120ter du nouveau code du travail. Et tant pis si l'employeur surexploite ses ouvriers en CDD.

La révision annoncée du Code du travail suscite des inquiétudes dans le monde du travail. De nombreux syndicalistes craignent notamment la généralisation des contrats précaires ainsi que le verrouillage du droit de grève. Le jugement qui vient d'être rendu à Constantine à l'instigation du représentant de l'Etat confirme ces inquiétudes.

Rappel. Works, l'employeur sud-coréen d'un chantier de voirie s'associe à la wilaya de Constantine pour déposer plainte pour grève illégale contre les ouvriers et leur syndicat qui demandent le paiement d'un préavis de licenciement. Ce qu'on appelle ailleurs communément la prime de précarité accordée aux salariés en fin de CDD. L'argument juridique avancé pour prouver l' illégalité de la grève : le préavis de licenciement n'est pas inscrit dans les contrats d'embauche! En réalité, l'employeur sud-coréen n'aime pas les primes, en général. Même celles qui sont habituelles en Algérie (femme au foyer, risque, etc) ne sont pas payées. C'est pour cela que les grévistes et leur syndicat demandent la signature d'une convention collective pour consigner les droits.

En attendant le jugement sur le fond, l'employeur et le représentant de l'Etat ont obtenu, jeudi dernier, un jugement en référé ordonnant la reprise du travail pour aujourd'hui 21 janvier. C'est le représentant de la wilaya de Constantine qui rend compte de ce jugement à A.Mallem du Quotidien d'Oran. Le fonctionnaire explique que la grève a de répercussions négatives sur "les délais de réalisation de ce projet d'utilité publique".

Commenter cet article