Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

"Si la manifestation pacifique est interdite, pourquoi s’étonner que les manifestations soient violentes ?"

Le 15 janvier 2017

Ce n’est pas El Hamel, PDG de la DGSN, qui a écrit la Constitution. L’article 41 bis non plus, celui qui dit que «la liberté de manifestation pacifique est garantie au citoyen dans le cadre de la loi qui fixe les modalités de son exercice».

Est-il donc obligé d’autoriser ce qui est autorisé ? Non, et c’est dans cette idée que de jeunes étudiants en pharmacie, qui protestaient contre les nouvelles mesures encadrant leur secteur, ont été arrêtés et embarqués au commissariat où ils ont passé la journée à la faveur d’un décret présidentiel non publiable sur l’interdiction thermodynamique du moindre mouvement. Car El Hamel a des ordres qui ne viennent pas de la Constitution mais de celui qui l’a signée : bloquer toute tentative de manifestation qui n’est pas en soutien au régime et éviter le rapprochement des colères qui pourraient se toucher, provoquant un large mouvement de contestation impossible à gérer.

C’est la «gestion démocratique des foules» du premier policier du pays, méthode qu’il utilise souvent, consistant à embarquer tout le monde sans distinction de race, de religion ou de sexe. C’est démocratique et il pourra toujours dire que l’article 41 bis précise qu’il y a un cadre qui fixe les modalités de la manifestation. Elle doit être autorisée par le wali, le wali doit être autorisé par le Premier ministre, le Premier ministre par le Président et le Président par son autocratique vision de la congélation pacifique.

Le résultat est le même, pas de manifestation et un triste constat : si la manifestation pacifique est interdite, pourquoi s’étonner que les manifestations soient violentes ? De quoi se rendre malade ; si on arrête les pharmaciens, qui va nous vendre des médicaments ? La réponse avait été trouvée à la fin de l’année par le ministre de la Santé. Heureusement, les pharmaciens ne l’ont pas écouté. La police devrait les remercier au lieu de les arrêter. Ce sont les charlatans qui devraient être arrêtés. Au moins pour exercice illégal de la pharmacie.

Source : El Watan

Commenter cet article