Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR.

DR.

8 décembre 2016

EXTRAITS

(...) En Algérie, nous subissons de plein fouet une crise qui n’est pas due à la baisse du prix du pétrole, mais au manque de courage politique qui a empêché l’Etat de jouer son rôle dans la lutte contre l’importation destructrice et l’informel et qui l’a détourné de ses objectifs sacrés, à savoir continuer à agir pour l’investissement public afin de stopper une désertification industrielle dont on peut mesurer aujourd’hui les conséquences néfastes.

J’ai écrit un jour que le fameux partenariat «privé-public» n’était qu’une manière détournée de céder ce qui reste du tissu industriel aux copains politiques à qui on devrait plutôt recommander d’investir au lieu de «zyeuter» le patrimoine foncier qui sera tout de suite détourné de sa fonction industrielle pour servir d’assiette aux projets immobiliers lucratifs !

Cette oligarchie veut tout et tout de suite. Elle profite d’une crise dont elle est, en partie, responsable, pour imposer des solutions ultralibérales qui vont mener le pays à plus de problèmes économiques et sociaux.

Dieu merci, les Algériens peuvent enfin mesurer les méfaits de cette politique que «nous aurions dû» appliquer en 1962 en suivant les conseils des libéraux de l’époque ! Jusqu’en 2016, les «restes» du socialisme ont permis à des millions d’Algériens d’aller gratuitement à l’école et à l’hôpital, de payer moins cher les produits essentiels, etc.

L’oligarchie vient d’imposer, en partie, ses solutions : les Algériens pourront faire des comparaisons puisqu’ils s’apprêtent à vivre sous le règne des «réformes» libérales et de leurs retombées néfastes sur leur qualité de vie, leur santé, leur travail, leurs retraites et leurs perspectives d’avenir.

Le libéralisme outrancier n’était pas et ne sera jamais une bonne voie pour l’Algérie. Rejeté par la Révolution, il a été combattu par les élites de l’indépendance et toute une génération forgée dans l’esprit du sacrifice et du patriotisme.(...)

Source : Le Soir d'Algérie

Commenter cet article