Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR

DR

En l'absence de valorisation cohérente du potentiel national d'encadrement, mais aussi  de suivi permanent des institutions, les faiblesses de management des entreprises publiques engendrent en permanence à la fois faiblesse des performances et instabilité sociale.

Les travailleurs de la SNVI viennent de  faire grève -avec succès?-pour exiger des managers compétents.

Les cheminots de la SNTF ont débrayé hier pour que le personnel soit géré de manière rationnelle. Depuis hier, la direction désinforme abondamment dans des médias complaisants, publics ou indépendants, comme El Watan et le Soir d'Algérie qui titrent à l'unisson sur la "détresse des usagers", espérant être en communion avec les lecteurs "pénalisés". 

Mais, le directeur général réussira t-il à cacher le motif du débrayage.

Ce motif est expliqué simplement par les grévistes  : le plan de carrière pratiqué par le DG entraîne une "distribution anarchique de grades sans aucune référence légale". Le DG ne veut écouter personne, pas même la "raisonnable" fédération UGTA. Il fait gravir plusieurs grades à la fois à certains employés. Tout cela sans diplôme ni examen interne. On sait ce que cela signifie dans un pays où domine encore le béni-amisme. De plus en plus inacceptable, comme l'ont montré les gens de l'Ecole nationale d'agronomie.

Selon cette démarche de gestion "de simples agents peuvent se retrouver au grade de directeur!» ironisent les grévistes, qui demandent la prise en compte de l'expertise réalisée par un cabinet privé, à la demande de ce même DG qui l'a réléguée dans un tiroir...

 

Commenter cet article