Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Manifestants le 8 décembre à Athènes. Photo DR

Manifestants le 8 décembre à Athènes. Photo DR

Dans un message télévisé,  le Premier ministre Alexis Tsipras a créé l'évènement en annonçant jeudi dernier le rétablissement d'un 13ème versement annuel pour les plus basses pensions de retraite. Cette allocation  avait été supprimé lors de précédentes mesures d'austérité.

Le gouvernement va aussi ajourner, "tant que dure la crise des réfugiés" la hausse, convenue avec la Troïka de TVA sur les îles de l'est égéen, a-t-il ajouté.

L'annonce a été faite le jour de la grève générale contre l'austérité menée par les syndicats et quelques jours après la féroce lettre où Mikis Théodorakis ne mâchait pas ses mots :

Tu prends ton plaisir, tu fais la fête, tandis que... les idiots Grecs, s’abîment dans les files d'attente pour prendre tantôt leurs retraites, tantôt un échelonnement du paiement de la facture l'électricité et de leurs dettes. Et tantôt ils s’abîment dans les files d'attente dans les hôpitaux, l'austérité s’ajoutant à l’austérité".

C'est de Trikala en Thessalonie que Panagiotis Grigoriou commente cette annonce sur son site Greek-crisis:

Dans la stupéfaction générale, Alexis Tsipras par une allocution surprise à la télévision vient d’annoncer que “de manière exceptionnelle, il y aura un prochain versement immédiat d'une allocation spéciale pour les retraités qui perçoivent jusqu'à 850 euros de pension mensuelle. Alexis Tsipras a dit qu'environ 1,6 millions de retraités en seront les bénéficiaires, et le montant de cette indemnité exceptionnelle sera inversement proportionnelle au montant de la retraite perçue par les personnes concernées”.

“Ainsi, ceux qui touchent des pensions d’environ 800 euros par mois, ils recevront une allocation à hauteur de 300 euros. L'aide sera plus importante à mesure que la pension est réduite, et dans certains cas, cette aide dépassera même le montant (mensuel) de la retraite. Le budget nécessaire pour financer cette mesure exceptionnelle est de 617 millions d'euros. Au même moment, Alexis Tsipras a annoncé la suspension de l’augmentation de la TVA pour les îles du Nord et l'Est de l’Égée, particulièrement concernées par les flux migratoires récents”, rapporte la presse grecque, à l’instar de “Kathimeriní” du 9 décembre.

Un... cadeau ?

(...)  Depuis le début de la mémorandocratie en Grèce (2010), les “gouvernements grecs” ont procédé à une douzaine de diminutions du montant des retraites perçues. Les retraites ont été ainsi diminuées de 20% à 50%, cela, sans tenir compte de l’augmentation du reste de l’imposition directe comme indirecte, TVA comprise (passant de 6% à 24% par exemple et pour certaines denrées de première nécessité).

Le calcul fait par exemple, basé sur le cas d’un couple de retraités percevant encore en 2010, 1.200 € au total de pension mensuelle (à deux), la perte cumulée en termes de revenus est alors d’environ 35.000€ en six ans. Lorsque, comme c’est le plus souvent le cas, ces retraités se doivent soutenir financièrement leurs enfants et petits enfants au chômage, on comprendra peut-être mieux... toute la symbolique du “cadeau”... de Noël d’Alexis Tsipras.


 

Commenter cet article