Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

Selon des communiqués publiés ce matin, les syndicats UGTA concernés affirment avoir reçu des assurances : le complexe sidérurgique d'El Hadjar  et le complexe de véhicules industriels de Rouiba vont être remis en activité à court terme. Deux bonnes nouvelles simultanément. Aboutissement des luttes sociales et du bon sens patriotique ou nouvelle opération de propagande pour "calmer" le front social? A suivre.

 

"La SNVI a besoin de vrais managers».

Selon le secrétaire général du syndicat du groupe SNVI, M. Bouadjadja, «des changements imminents sont attendus avant la fin de l’année au niveau de la direction générale du groupe». Des propos confortés par le communiqué rendu public hier par le syndicat du groupe et qui annonce : "Les pouvoirs publics et les instances syndicales se sont engagés pour la prise en charge du conflit que traverse le groupe SNVI et que le dénouement interviendra dans le courant du mois de décembre 2016». (Le Soir d'Algérie)

L'impatience qui domine à Rouiba parmi les salariés est exprimée dans El Watan par un syndicaliste sous le sceau de l’anonymat qui affirme: « 25% des prévisions du plan de charge de l’année en cours ne sont pas réalisées. Tous les ateliers fonctionnent au ralenti. Nous devions réaliser 2036 véhicules en 2016, mais nous en avons fabriqué moins de 600. Certains bus et camions ne sont pas livrés aux clients à cause du manque de joints et de rétroviseurs. Tout cela est dû à la négligence. Il n’y a aucune stratégie de planification dans la gestion de l’entreprise. Nous devons fabriquer 2000 véhicules en 2017, mais avec les dirigeants actuels nous allons droit vers la faillite. La SNVI a besoin de vrais managers».

Lire aussi : Hypocrisie néolibérale face aux ouvriers de Rouiba

El Hadjar : le haut fourneau

Selon un communiqué émanant du bureau syndical de l'entreprise Mettal/Annaba rapporté par l'Expression, les travaux de réhabilitation des unités du complexe, la PMA et l'ACO1 entre autres, ont été achevés à 100%. Les résultats des opérations d'essai de ces annexes ont été un franc succès, précise ledit communiqué. S'agissant du poumon du complexe, l'HF en l'occurrence, le taux des travaux est estimé à 95%. Les 5% restants, touchant le côté électrique, assurés par SEI, une société étrangère spécialisée en électricité, ont été suspendus en raison du vol des automates. Néanmoins, comme rapporté dans le communiqué, et selon les rapports de la direction générale et la direction technique, l'achèvement des travaux au sein du HF, serait prévue pour la fin du mois de novembre en cours". Selon le responsable du syndicat, Lamouri, ce serait des "fils de harkis" qui sabotent le complexe et font courir des bruits.

Ce qui fait écrire à Wahida Bahri la correspondante qui suit depuis des années l'évolution chaotique du complexe sidérurgique dans le quotidien l'Expression : "Des propos soutenus pour les uns et considérés comme des mensonges pour les autres. Entre les uns et les autres, il y a le fait que jusqu'au moment où nous mettons sous presse, rien ne présage de l'imminent redémarrage du complexe, justifiant l'optimisme du syndicat, voire même son enthousiasme."

Lire aussi: SIDERURGIE. 5000 ouvriers trahis à Annaba, recherche de boucs émissaires

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article