Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

"Selon les chiffres mêmes des autorités, écrit Noureddine Khelassi dans l'éditorial de La Tribune-dz, le pays enregistre, bon an mal an, quelque 18 milliards de dollars de surfacturations, des transferts invisibles pour environ 2 milliards de dollars et près de 3 milliards USD de fraude fiscale. Soit la somme globale et annuelle de 23 milliards de dollars à apprécier par rapport aux 27 milliards alloués aux subventions.

Faute d’aller chercher ce stock stratégique mais oisif, avec les dents s’il le fallait, les autorités semblent avoir choisi la voie moins problématique, pensent-elles, des subventions. Mais il est vrai que pour s’attaquer aux travaux d’Hercule que sont les surfacturations, les transferts invisibles et la fraude fiscale, sans compter le marché de change parallèle, il faudrait beaucoup de courage politique propre à un pouvoir fort et cohérent.

Cette volonté politique puissante devrait se traduire par le lancement graduel de sept grandes réformes : celle du commerce extérieur aux fins de mieux en maîtriser les flux physiques et financiers ; celle de la fiscalité, pour réduire sensiblement la fraude, les rentes spéculatives et l’enrichissement illicite. Et, enfin, celle du système bancaire, de la politique de change et de l’éventuelle convertibilité du dinar.

Des réformes qui doivent s’appuyer sur un nécessaire débat national devant aboutir à un consensus politique le plus large possible. C’est là la seule manière permettant de conjurer les périls économiques, sociaux et politiques qui guettent le pays à plus ou moins moyenne échéance.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article