Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les informations restent contradictoires. La direction accuse de "desseins sournois" les grévistes tout en affichant son accord pour négocier. Le P-DG français serait toujours en vacances dit-on, alors qu'une réunion se serait tenu hier soir-au conditionnel-entre la direction et les délégués des grévistes, mais aucune trace des résultats jusqu'ici.

"Gagner du temps"?

"Dans un communiqué rendu public, avant-hier soir, par la Setram, des accusations aussi graves qu’étonnantes ont été proférées à l’encontre des travailleurs grévistes" rappelle ce matin Mohamed Mouloudj qui suit la grève du tramway dans Liberté. Accusés, entre autres, d’êtres animés “de mauvaise foi” pour “masquer leur incompétence et indiscipline”, d’être animés de “desseins sournois”, qui se “résument à vouloir faire croire au collectif, victime de leurs machinations, qu’ils peuvent accéder au statut de décideurs au sein de l’entreprise”, la direction engage ainsi le conflit sur un autre terrain loin de la réglementation qui régit le monde du travail. Les travailleurs rencontrés se disent “étonnés” par la réaction de la direction. Ils s’interrogent sur les desseins des responsables, lesquels, estiment-ils, “n’ont aucune prérogative pour régler les problèmes en l’absence du P-DG, mais ont toute la liberté pour dénigrer et diffamer 800 travailleurs” (...). D’autres grévistes ont souligné que la direction a rendu publique “une liste de plusieurs dizaines de travailleurs à licencier”. Une réaction qu’ils qualifient “de menaces et d’intimidations”, dont le but est de “gagner encore plus de temps dans l’espoir de voir le mouvement s’essouffler”.

"Le temps des tractations"?

La direction de la Setram aurait-elle modifier sa ligne de conduite? Le Temps des tractations, C'est le titre de l'article dans Le Soir d'Algerie où Abder Bettache écrit : "Depuis hier, ce face-à-face semble prendre une autre tournure, puisque employeur et employés se sont retrouvés autour de la table des négociations". Selon lui, "la direction générale de la Setram a renoué le dialogue avec les délégués syndicaux des travailleurs dans la perspective de désamorcer la crise. Selon une source syndicale, une réunion de travail bipartite (employeur-délégués des travailleurs) devait se tenir hier tard dans la soirée afin de discuter de toutes les questions à l’origine du débrayage".

L'information est très vague et, ce matin, nulle trace des résultats de cette réunion sur les fils d'actualité.

A suivre

Commenter cet article