Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

C'était le 26 juillet 2012

Nouvelles réactions ce matin sur El Watan après la publication il y une semaine de « l’Eternelle stratégie de l’autruche néolibérale ? » par l’économiste Omar Aktouf. Parmi les commentaires, celui du président de la fédération patronale FCE a été placé en vedette par El Watan. Pour Réda Hamiani Omar Aktouf tient « un discours antimondialiste que l’on nous tient depuis longtemps, qui fait le lit de la bureaucratie locale contre laquelle se bat notre association ».

Cn'est pas l'avis de N. Boukharouba professeur d’économie à l’université de Guelma qui conclue ainsi sa réaction :

Les Joe Kennedy abondent en Algérie : ces bootleggers ayant réussi dans le trafic des choses illicites sont en passe d’installer leur progéniture à la Présidence de l’Algérie. Que c’est triste de voir tout ce blanchiment d’argent sale accumulé par papa. Mais, vous feriez acte de salubrité publique en intervenant plus fréquemment pour contredire nos grands entrepreneurs «self-made men» algériens, tous ces petits émules de Joe Kennedy qui n’arrêtent pas de nous chanter les vertus de la libre entreprise.

« C’est la mode en Algérie de dénigrer la période étatique »

Par N. Boukharouba 26 juillet 2012. El Watan

Enfin ! un autre son de cloche qui s’élève dans la cacophonie des lobotomisés au service d’Ali Baba et de ses quarante voleurs, qui s’escriment chaque jour à détruire tout ce qui pourrait aider l’Etat à se relever et à se tenir debout sans aide extérieure ou intérieure intéressée.

C’est à croire que le dénigrement du secteur public est la seule préoccupation de ces messieurs, ces laudateurs des nouveaux monopoles maffieux de la génération spontanée qui a surgi récemment dans notre pays, qui contrôle tout les leviers et centres de décisions. Le temps et la situation actuelle de l’Algérie prouvent, sans discussion aucune, que sans le passage par la période «étatique», et si l’Algérie eut été livrée aux bonnes grâces du «privé» ultralibéral à l’indépendance du pays, comme le préconisaient certains à l’époque, il n’y aurait eu aucun progrès social ou économique en Algérie. L’Etat est absolument indispensable, surtout pour une population aussi démunie et mal préparée comme la nôtre. C’est la mode en Algérie de dénigrer cette période étatique, et vous allez causer beaucoup de grincements de dents chez ces adulateurs de l’Amérique et de son free-enterprise. J’ai vécu pendant de très longues années au Etats-Unis où j’ai pu constater certaines conséquences de ce système ultralibéral tant vanté qu’on veut introduire chez nous.

La misère humaine que j’ai pu observer dans l’Appallachia (Ohio du Sud, Kentucky, Tennesse, West Virginia), par exemple, n’a aucun équivalent en Algérie ! Que dirait-on alors des quartiers-jungles, les no man’s land comme ceux d’East L. A., des Chula Vista à San Diego, et des nombreux ghettos des grandes villes américaines que j’ai pu visiter, comme à Detroit, Chicago, Cleveland et New York. Ce sont des visions d’horreurs qui m’ont à jamais marqué. Dieu merci, on n’a pas encore ce genre d’aberrations en Algérie, mais on s’y achemine de bon pied. Que Dieu nous en préserve In challah. Ce qu’on ne dira jamais ouvertement, c’est que même en Amérique, «Nobody likes the rich, but the rich !»

On aura beau camoufler et enjoliver les choses, le conflit entre haves et have-nots est permanent, et il est toujours d’actualité. On aura beau essayer de nous embobiner en enrobant les prêches dans des termes repoussoir ou manichéens tels que «capitalisme Vs. socialisme», ou bien, dans d’autres propos aussi nébuleux que «mondialisation» et «liberté du marché autorégulateur», le citoyen terrien moyen, ici ou ailleurs, s’est réveillé à ses droits et ne veut plus trimer pour enrichir une oligarchie de riches et de jouisseurs. Sa devise reste toujours aussi vivante et retrouve ses vieux accents de légende : à chacun selon son labeur et selon sa contribution à la richesse commune. Je me rappelle bien de ce que furent les membres de cette génération spontanée de nouveaux riches, bien avant qu’elle ne se métamorphose en caste de «self-made-men».

Par exemple, cet homme très médiatisé qui, aujourd’hui, possède des monopoles nationaux très lucratifs ; je me rappelle qu’il était comptable chez le père d’une de mes connaissances qui possédait à l’époque une usine du côté de Oued Smar ! Aujourd’hui, il est à la tête d’un méga-groupe économique très connu. Par quel miracle un simple petit comptable se retrouve-t-il à la tête d’un tel empire économique en l’espace d’une vingtaine d’années ? Grâce aux crédits de l’Etat généreusement alloués dans les années 1980 tout simplement ! Ces crédits ne furent, bien sûr, jamais remboursés. Ce sont ces mêmes serpents qui crient le plus contre cet Etat qu’ils vont finir par bouffer.

Les Joe Kennedy abondent en Algérie : ces bootleggers ayant réussi dans le trafic des choses illicites sont en passe d’installer leur progéniture à la Présidence de l’Algérie. Que c’est triste de voir tout ce blanchiment d’argent sale accumulé par papa. Mais, vous feriez acte de salubrité publique en intervenant plus fréquemment pour contredire nos grands entrepreneurs «self-made men» algériens, tous ces petits émules de Joe Kennedy qui n’arrêtent pas de nous chanter les vertus de la libre entreprise.

N. Boukharouba, professeur à l’université de Guelma, 26 juillet 2012. El Watan

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mohammed chouieb 26/07/2016 17:56

Merci de rappeler la réalité. Mais je pense que ce n'est pas demain que les Algériens baisseront la tête et se résigneront à laisser leur pays aux mains des bandits. Nous avons fait trop de sacrifices pour libérer notre pays de l'exploitation coloniale pour accepter une autre exploitation du même acabit.