Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Ancien fabricant de chips, le ministre Bouchouareb est crédité d'une compétence industrielle précieuse pour l'Algérie. Ce qui excuserait ses errements panaméens.

 

Feuilleton

2015. Une dépêche du 17 octobre de l'agence APS annonçait solennellement : "Les travaux de réhabilitation et de modernisation du haut fourneau n° 2 du complexe sidérurgique d’El Hadjar doivent être exécutés "dans les délais contractuels" afin de permettre sa remise en service "en mars 2016 au plus tard", a souligné le ministre de l’Industrie et des mines, Abdeslam Bouchouareb". A la mi-mars, le Premier ministre Sellal en visite El Hadjar fait annoncer par Ghania Oukazi du quotidien d'Oran que «les travaux de sa réhabilitation seront achevés au mois de mai prochain". Encore deux mois de perdus..

Ce matin, A. Bouacha, fait le point dans Le Soir d'Algérie sur le sort du fameux Haut-fourneau n°2: les travaux de réhabilitation sont au point mort!

"Le complexe sidérurgique d’El Hadjar vit présentement des moments très difficiles. Contrairement aux affirmations des officiels, notamment ceux d’Imetal pour une reprise de la production en ce mois de mai, sa situation actuelle proche du délaissement ne présage aucune relance de cette production, même dans les prochains mois.
Pièce maîtresse de la zone chaude, le haut-fourneau n°2 devait être réhabilité à fin mars écoulé. Mais l’entreprise italienne Feretti chargée de cette tâche s’est avérée, après plusieurs mois de présence sur site, incapable de le faire, selon des cadres nationaux de l’usine.
Aux dernières nouvelles, décision a été prise pour la faire remplacer par une autre entreprise basée en Belgique et dénommée Pirson. A ce jour, celle-ci n’a pas encore entamé les travaux. Et même si elle le fait dans les prochains jours, il faut des mois pour remettre en marche les machines des autres installations de production grippées depuis des mois.
Il faut dire que l’arrêt du haut-fourneau pour rénovation et par conséquent l’arrêt total de la production depuis la fin de l’année 2015 a mis à mal cette entité industrielle qui frôle aujourd’hui la disparition si aucune mesure salutaire n’est prise rapidement pour y remédier, selon les mêmes cadres sidérurgistes nationaux.

 

 

Commenter cet article