Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

DR

DR

"Le consensus national demeure le seul horizon politique permettant le dépassement pacifique de la logique des blocs : La négociation ouverte contre les marchandages secrets"

 

Totems et tabous : blocs identitaires et blocages politiques

Par Salima Ghezali

Libre-Algérie, 19 avril 2016

 

« Mais tu as bien compris, n’est-ce pas, que ce ne sont point les hommes, mais le système que je mets en cause. Le système-parce qu’il est un recul de la civilisation et de l’homme. » Mouloud Mammeri (Lettre à un français 1957)

« Maintenant que l’ennemi n’était plus, les grands chefs s’étaient mis à continuer entre eux les grandes manœuvres, ils étaient « Tlemcen », « Tizi-Ouzou », « Zone Autonome », «Fédération deFrance ». Le peuple ne comprenait plus. Le jeu était absurde. Comme il ne savait pas le dire avec des mots, le peuple imagina de le dire avec son corps. Il se coucha par nappes sur les routes : Les tanks de tous les points cardinaux ne pouvaient plus passer sur l’asphalte sans d’abord leur passer sur le corps. Le jeu cessa. » Mouloud Mammeri (La meute 1976)

 

Jusqu’ici quand arrivait Avril le duel entre le 16 et le 20 se faisait à fleurets mouchetés. Le premier symbolisait le pouvoir et le deuxième la contestation démocratique. Maintenant que le pouvoir a fait sienne l’identité berbère, après s’être approprié l’islamique, voici que l’on se rapproche des zones d’ensauvagement. Là où la surenchère se prend à ses propres dénis de réalité politique. Car si l’arabo-islamisme est l’adresse du pouvoir il faut croire que ce dernier ne craint pas de dévorer –et laisser dévorer- ses rejetons. Bloc dominant au nom de l’arabo-islamisme depuis des décennies, c’est pourtant -aussi – au nom de ce dernier qu’il sera contesté. Jusqu’aux dérapages extrémistes violents. Terrorismes et contre-terrorismes. Et la lourde décennie 90, ses dizaines de milliers de morts, ses camps du sud, ses disparus, ses torturés, ses terroristes, ses assassinés et ses massacrés dans la solitude des douars qui se sont définitivement tus.

Le silence imposé par la charte pour la réconciliation était déjà contenu dans l’aspect le plus inavouable de nos mœurs politiques. Le marchandage des blocs qui succède...ou précède et/ou accompagne les carnages. A chaque fois.

Des ministres ont été nommés issus du bloc contestataire. Des lignes de crédit ont été accordées. Des registres de commerce ouverts. Des milliardaires ont émergé. Des chefs militaires ou paramilitaires. Aussi. Et le bloc invité à tenir ses clientèles. Les peines restent dans les cœurs, dans les mœurs qui se crispent dans la seule latitude qui leur soit laissée : une intériorité ravagée. Le suicide qui s’étend. La criminalité qui exulte jusque dans les foyers. Et un espace public insalubre comme ultime protestation. Les plus mobiles s’exilent avec un bonheur incertain. Reste la rigidité des postures qui masque un inconfort et qui, trop souvent, vire à l’hypocrisie assumée. Et une souffrance infinie dont les médecins, psychiatres, juristes, assistantes sociales ou les membres consciencieux des services de sécurité n’en finissent pas de dénombrer les formes et l’amplitude.

Reste subsidiairement la longue litanie des chikayate tautologiques qui se croient religieuses ou politiques ou syndicales ou culturelles.... Mais surtout, et toujours, la condition infra-citoyenne à laquelle la logique des blocs condamne le plus grand nombre.

Une collectivité réduite au sort de masse de manœuvre dans la course au leadership, dans le bloc des candidats au poste de chefs de blocs, qui s’offrent le luxe de changer de sigle à chaque fois qu’ils risquent d’être expulsés du peloton de tête. Jusqu’à la révolte suivante.

Il Faut lire et relire Mouloud Mammeri « Des berbères dans l’Histoire » jusqu’au bout. Jusqu’à la Traversée où il porte à l’incandescence, la dialectique autant que la métaphore, du troupeau trahi par ses bergers improvisés. Et les héros trahis par leurs semblables réduits à la condition de troupeau. Kateb Yacine s’est laissé, lui, emporté jusqu’à écrire « J’étais le jarret de la foule » C’était les massacres du 8 Mai 45. L’indépendance était supposée mettre fin et à la condition de foule et aux massacres. Il n’en fût rien.

Le deuil du printemps noir de Kabylie n’a pas dérogé à la règle. Ni les troubles sanglants du M’zab. Pas plus que la colère des enfants du sud. De Oued el ma, de Annaba, de Khenchela... Et de tous ceux qui n’ont pas de correspondants de presse. Idem pour les enseignants contractuels dont le slogan « l’intégration ou la mort» n’aura pas résisté plus longtemps que la « plate forme d’ElKseur scellée et non négociable» des Arouchs. Ou le « la mithak la doustour» du FIS au son duquel avaient défilé des foules innombrables.

La logique des blocs identitaires comprime, et dégrade dans un moule infra- politique, des identités aussi diverses que celles d’un islamiste, d’un berbériste, d’un ouvrier syndicaliste ou d’un enseignant contractuel.

L’identité d’un bloc dominant c’est bloc ou dominant ? A moins qu’il ne s’agisse d’un cartel de blocs dominant chacun ses identitaires fermement maintenus dans l’infra-politique.

Maintenant que le pouvoir assume la berbérité comme une de ses composantes, faut-il contester la réalité de sa berbérité ou la domination ? Le premier cas implique une surenchère qui risque de déraper en extrémisme. Condamnant l’ensemble à être géré comme tel au nom de la patrie en danger. Un exercice dans lequel excelle le pouvoir.

Le deuxième appelle un changement de paradigme. Le consensus national demeure le seul horizon politique permettant le dépassement pacifique de la logique des blocs : La négociation ouverte contre les marchandages secrets.

Car totems identitaires et tabous politiques se font écho dans un système bloqué sur ses rentes et dont la seule identité reconnue consiste « à faire bloc ». Quitte à faire fructifier ses avoirs particuliers à coup de chaos collectif.

 

Source: Libre-Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article