Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Qui est Lagardère?

A l'occasion de la remise du Prix Lagardère du journalisme à Kamel Daoud pour son travail au journal français Le Point, le blogueur s'est renseigné: qui est feu Jean-Luc Lagardère, dont le prix porte le nom et qui est Laurent Joffrin, le président du jury?

De Crémieux à Lagardère

Sur la question du journalisme, Olivier Toscer résume dans le Nouvel-Obs, la stratégie de Jean-Luc Lagardère, " un petit ingénieur de Matra devenu, à coups de géniales intuitions, le grand manitou des industries européennes de la Défense". Son amour pour les journalistes est carrément possessif  : "Pour peser au sommet du pouvoir, Jean-Luc Lagardère avait, été le premier à comprendre qu’il était plus efficace d’acheter un journal qu’un homme politique. Tous les milliardaires français l’ont imité depuis". En fait, ils ont répondu avec plus d'un siècle de retard à l'injonction d'Adolphe Crémieux, l'homme politique français qui fut en 1870 à l'origine du décret accordant la nationalité française aux juifs d'Algérie. Ce membre influent de la Franc-maçonnerie, avait en 1842 donné un mot d'ordre aux loges

"Compter l'argent pour rien, les places pour rien, la popularité pour rien; c'est la presse qui est tout. Acheter la presse et vous serez maître de l'opinion, c'est à dire les maître du pays".

Chez nous, suivez mon regard, les patrons des gros conglomérats ont saisi la consigne de Crémieux cinq sur cinq.

Joffrin le CRAC

Le jury du  prix Lagardère 2016 est  président par Laurent Joffrin, le même qui avait décerné ce prix à Charlie Hebdo en 2015. Six mois plus tard, on pouvait lire ce titre "Laurent Joffrin : copinages, connivences et renvois d’ascenseur", sur le site d'Acrimed qui soumet les médias français à une surveillance vigilante. Denis Souchon, après avoir décrit de manière croustillante l'itinéraire du personnage concluait : "S’il y a un domaine dans lequel Laurent Joffrin peut être reconnu comme un expert incontestable c’est bien celui des CRAC (Copinages, Renvois d’Ascenseurs et Connivences). Et l’on peut voir un indice de la forte intégration du microcosme médiatico-mondain (dont le directeur de la rédaction de Libération n’est qu’un épiphénomène) dans la participation de Joffrin Laurent et de quatre de ses faisant-fonction d’attachés de presse de son dernier livre (Franz-Olivier Giesbert, Maurice Szafran, Michèle Cotta, Serge Moati)  à une sauterie du roi des CRAC, un certain BHL".

 

Commenter cet article