Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Photo DR

Photo DR

La fédération internationale des journaliste (FIJ) veut mettre la liberté d'information sous le parapluie de la Ligue des Etats arabes dominée par des régimes politiques considérés comme étant les pires dans le domaine du respect de la liberté d’expression et d’information dans le monde.

C'est ce que craignent des organisations arabes des droits humains qui dénoncent l’obstination de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) à aller de l’avant, conjointement avec l’Union des journalistes arabes, dans l’établissement d’un « Mécanisme régional spécial pour la liberté d’information dans le monde arabe », sous le parapluie de la Ligue des États arabes.

EXTRAIT

"la possibilité de mettre ce mécanisme sous l’égide de la Ligue des États arabes ou certaines des organisations placées sous sa tutelle, alors que cette dernière est assujettie à des décisions et instructions émanant de régimes politiques considérés comme étant les pires dans le domaine du respect de la liberté d’expression et d’information dans le monde, tel que montré par tous les indicateurs locaux, régionaux et internationaux

Il est important de rappeler, à cet égard, que la Charte arabe des droits humains, approuvée par la Ligue arabe en 2004, est contraire aux principes fondamentaux du droit international des droits humains, en ce qui concerne la liberté d’opinion et d’expression, étant donné que son article 32 permet de limiter la liberté d’opinion et d’expression, contrairement aux conventions internationales concernées, notamment l’Article 19 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Il convient également de rappeler le caractère répressif des décisions et des principes approuvés par le Conseil des ministres de l’information de la Ligue des États arabes, et en particulier le document relatif aux “Principes de régulation de la diffusion radiophonique et télévisée par satellite dans la région arabe”, adopté en 2008, qui est l’une des pires décisions prises par un organisme gouvernemental régional dans ce domaine.

Les organisations arabes de droits humains soussignées, après avoir pris connaissance du contenu de ce projet qui représente une menace réelle pour l’avenir de la liberté d’expression et d’information, étant donné qu’il ne reconnait pas les standards universels des droits humains et prétend s’inspirer des mécanismes internationaux et régionaux disposant de garanties structurelles, procédurales et juridiques qui assurent l’objectivité, l’impartialité et l’indépendance de leurs décisions, contrairement au cas de la Ligue arabe (...).

Texte intégral de la protestation et liste des organisations signataires : nawaat.org

 

Commenter cet article