Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Combattants du Front al-Nosra, dans la région d’Idleb. Photo DR

Combattants du Front al-Nosra, dans la région d’Idleb. Photo DR

"Les récents développements semblent indiquer que cette stratégie de la guerre d'usure, loin d'être épuisée, est plus que jamais renforcée pour bloquer toute perspective d'accord en l'absence de transformations décisives sur le terrain, qui permettraient de convertir les gains militaires en avantages diplomatiques et politiques, conformément aux visées géopolitiques globales des États-Unis".

Par Lina Kennouche Orient Le Jour, 25 avril 2016

(...) Depuis décembre 2015, les États-Unis auraient délivré 3 000 tonnes d'armes et de munitions à des groupes rebelles, qui, sur le terrain, sont infiltrés par el-Qaëda ou reconnaissent leur allégeance à l'organisation. Cette information a été révélée par l'agence d'information militaire britannique Jane's, sur la base de deux appels d'offres lancés sur le site FedBizGov.org recherchant des sociétés de fret maritime pour le transport de matériel militaire à partir de Constanta en Roumanie pour le port de Aqaba en Jordanie. D'après les informations que L'Orient-Le Jour a obtenues d'une source proche du dossier, cette livraison massive d'armement militaire a eu lieu en deux temps. Le premier cargo aurait quitté la Bulgarie le 5 décembre 2015 en direction de Constanta, avant de parvenir 10 jours au port de Aqaba. Il transportait 81 containers de 994 tonnes d'armes, des Kalachnikov, PKM, canons mitrailleuses calibre 12,7, et 864 tonnes de missiles antichars, des missiles Factoria, des fagots ainsi que des obus de mortier de 82 millimètres. La deuxième cargaison aurait quitté la Bulgarie le 28 mars dernier à destination de la Jordanie où elle aurait appareillé le 4 avril. Elle transportait 2007 tonnes d'armements, dont 162 tonnes d'explosifs.

Toutes ces opérations d'acheminement de matériel militaire auraient été supervisées par Washington via des sociétés écrans en Bulgarie et en Roumanie à destination des deux pays qui ont en charge le programme d'entraînement et d'équipement des rebelles en Syrie, et coïncident avec le retrait partiel russe de Syrie et la reprise des hostilités à Alep. Or l'expérience démontre qu'au cours de ces trois dernières années l'envoi de matériel américain à des groupes dits « modérés » a fini dans une large mesure aux mains du Front al-Nosra. L'ancien leader du groupe Jabhet el-Thouwar avait lui-même, dans un témoignage édifiant, expliqué les modalités du deal informel conclu entre les combattants locaux et al-Nosra, auxquels plus de la moitié des armes étaient transférées. Le centre américain d'études des opérations militaires a lui-même observé au moment de l'offensive de Jisr el-Choughour dans le nord de la Syrie une coordination parfaite entre al-Nosra, Ahrar el-Cham et les groupes modérés dont la fonction avait été de couper les lignes d'approvisionnement pour empêcher l'acheminement de renforts à l'armée syrienne.

Les récents développements semblent indiquer que cette stratégie de la guerre d'usure, loin d'être épuisée, est plus que jamais renforcée pour bloquer toute perspective d'accord en l'absence de transformations décisives sur le terrain, qui permettraient de convertir les gains militaires en avantages diplomatiques et politiques, conformément aux visées géopolitiques globales des États-Unis.

Source: http://www.lorientlejour.com

Commenter cet article