Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Tamazight. "La rue doit imposer ses propres experts"

C'est en substance ce que préconise Nadir Djermoune, une personnalité de gauche, dans une contribution intitulée "Du droit du tamazight de s’émanciper de "son" académie..."

 EXTRAITS

"Les populations algériennes, et particulièrement les berbérophones, vont désormais pouvoir construire leur devenir identitaire, culturel et linguistique avec le poids juridique et institutionnel que leur octroiera cette nouvelle Constitution. C’est indéniablement un acquis démocratique. Il vient couronner de longues années de luttes et de combats.

(...) La revendication d’officialisation du tamazight, il faut le rappeler, est portée par un mouvement large et populaire. Le mouvement culturel berbère, le MCB, a produit, dans le sillage d’experts et de militants comme Salem Chaker, ou encore derrière des autorités scientifiques et intellectuelles comme Mouloud Mammeri, des dizaines voire des centaines d’artisans de la langue. Ils sont l’expression directe et patente de la volonté démocratique et populaire de voire cette langue s’émanciper et se moderniser".

(...) Le piège est de confiner ce débat à l'intérieure de l'institution qui s'appelle « académie ». Il faut, d’ailleurs, se demander ce que c’est que l’académie : c’est une « bureaucratie culturelle » qui a comme fonction de fournir à l'Etat un ordre, un code linguistique, une esthétique et la culture officielle dont il a besoin. Pour empêcher la bureaucratie culturelle d'imposer sa langue et sa culture officielle, il faut continuer à se battre partout, pas seulement à l'intérieur de cette institution et quelle que soit la couleur qu’on veut lui donner

(...) Mais rien n'est encore joué. Il reste à se rappeler l'expérience de lutte qui a aguerri les populations berbérophones, notamment en Kabylie (il faut reconnaître que dans d'autres régions berbérophones, l'institutionnalisation du tamazight est une revendication secondaire). Faisons en sorte que la « rue » impose ses propres experts et qu'elle soit en mesure d'imposer la feuille de route de cette académie.

Peuple accro à la corruption?

 "Une évolution psychologique fondamentale", une "accoutumance au crime", c'est ainsi que des participants analysent, à la radio de Maghreb-émergent, l'indifférence de l'opinion à l'égard des procès en cours pour corruption. L'animatrice était quand même dubitative...

Le PT participe "pour le forme"

Du côté des parlementaires de l’opposition, seul le Parti des travailleurs dirigé par Louisa Hanoune est représenté au sein de cette structure préparant le vote du parlement sur les amendements constitutionnels (El Watan). Le FFS et l’Alliance de l’Algérie verte (AAV) ont refusé d’y siéger. . Justifiant sa présence au Club des Pins, Ramdane Taâzibt explique «Nous avons décidé d’intégrer la commission pour exprimer notre avis sur la forme. Nous considérons qu’il aurait fallu initier un large débat autour de ce projet et que le peuple soit consulté afin qu’il puisse donner son avis".

...le PST alerte

"La bande boisée longeant le littoral d’Aokas (wilaya de Bejaïa) réalisée par un volontariat en 1964 et comptant en moyenne six milles arbres sur une distance de six  kilomètres est de nouveau menacée de disparation". La menace: la création d'une zone d'extension touristique (ZET). Muhand u saadi, le correspondant du journal El Khatwa oumalia, organe du PST rappelle: "Si ce couvert végétal vit encore de nos jours c’est grâce à la vigilance et au combat d’un groupe d’associations appelé thizdi n tudrin n weqas". Aujourd’hui cette végétation arbustive est menacée par les eaux salines de la mer et par le plomb et le mercure que les industries d’autres régions déversent en Méditerranée. Bien que servant de haie, pour la protection de ce qui reste d’agriculture dans la région, des vents et les sels marin, la faune des prédateurs surgit encore une fois et promet à la population une relance économique depuis des baraquements du style déjà existant : commercialisation d’alcool à flot, incitation à la débauche... "

POST SCRIPTUM

Lu dans la presse quotidienne ce matin

SUICIDES. Les femmes et les enfants d'abord

Les habitants de la localité Békira, dans la commune de Hamma Bouziane, dans le Constantinois, ont été bouleversés en apprenant qu'une jeune fille, à la fleur de l'âge, n'ayant pas encore dépassé les 21 printemps, a été découverte, avant-hier, pendue, à l'intérieur du domicile familial.

Dans la localité de Hechalif dans la wilaya de Chlef, une femme, âgée d'une quarantaine d'années, mère de quatre enfants a été retrouvée, morte, pendue à l'aide d'une écharpe, à son domicile, mardi matin. C'est le deuxième suicide, en l'espace d'une semaine. Le dernier est celui d'un adolescent de 14 ans qui a été retrouvé mort, pendu à la poutre d'une étable, dans le domicile familial. Il habitait le bourg de «Ouabed», situé, à la sortie ouest, de la ville de Chlef.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article