Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Saoudi Abdelaziz

Les métallurgistes, Photo DR

Les métallurgistes, Photo DR

Participation record à la grève générale du 4 février en Grèce. Panagiotis Grigorioui note sur son blog " l’ambiance toutefois suffisamment étrange, entre atmosphère bon enfant, accablement, et un certain mutisme".

L'anthropologue athénien, qui consacre sa chronique illustrée à l'évènement de jeudi dernier, observe : "Contrairement aux grandes manifestations et cortèges des années... proto-mémorandaires, les participants communiquent visiblement moins entre eux, en tout cas, les discussions enflammées d’alors se font désormais plus rares ou sinon moins patentes ; tout aurait déjà dit été et... surtout vécu".

En parallèle, il rapporte des observations sur l'état d'esprit dans le gouvernement d'Alexis Tspras confronté à la montée du mouvement social massif contre les mesures d'austérité insupportables imposés par les créanciers.

"Message déchirant pour l'équipe Tsipras"

"D’après certains observateurs de la microhistoire politique athénienne, “Le gouvernement SYRIZA est confronté à son propre hiver du mécontentement, au moment où l'UE et le FMI accentuent leur chantage via la mise en œuvre du mémorandum. Le retour d'Alexis Tsipras depuis le Forum économique mondial (Davos), a coïncidé avec la conclusion d'une enquête sur l'opinion publique, donnant une image claire de la société: la politique du gouvernement ne passe plus du tout. Le message est déchirant pour l’équipe Tsipras. "Si nous ne parvenons pas à changer le cours des événements, alors en juin, nous ne dépasseront guère le 15%", analyse l’équipe qui travaille pour le Premier ministre, impliquant le célèbre politologue Ilías Nikolakopoulos, ou le Secrétaire général du Ministère de l'Intérieur Costas Poulákis”.

“Le ministre des Finances Gíorgos Stathákis prétend avec arrogance que SYRIZA peut encore l’emporter au cas où de nouvelles élections auraient lieu. Autour d’Alexis Tsipras cependant, on sait qu'il y a maintenant tant de nouvelles données. L’image d’Alexis Tsipras comme celle de SYRIZA se sont complètement dégradées dans la conscience des citoyens aux revenus encore moyens, voire faibles, sans oublier les agriculteurs, lesquels avaient soutenu SYRIZA lors des élections précédentes. (...) Par ailleurs, tout le monde comprend que le Ministre concerné Mouzalas, et autant Alexis Tsipras en personne, se sont transformés en pions aux mains des créanciers, pour ce qui est également, du dossier des réfugiés et migrants. Ce dossier pourrait agir de fait comme un catalyseur, interférant dans les affaires politiques grecques et cela peut-être très prochainement ( revue de gauche “Unfollow” février 2016)."

Source:
greekcrisis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article